Hôpital de Moutier: le dangereux appétit du privé

Le groupe Swiss Medical Network (GSMN) a fait part cette semaine de son intérêt à racheter l’Hôpital de Moutier. Après Neuchâtel, le groupe de cliniques privées souhaite s’implanter dans notre région. A quel prix? Et avec quel respect pour les employé-e-s? Le Parti socialiste jurassien s’inquiète de l’importance prise par le secteur privé dans le domaine de la santé. Il souhaite que le Gouvernement jurassien et l’Hôpital du Jura se positionnent rapidement – et seuls – pour faire une offre en vue du rachat du site prévôtois. La Convention collective de travail de l’H-JU doit être appliquée aux employé-e-s du site de Moutier. 

Après s’être étendu depuis 5 ans dans le canton de Neuchâtel, le groupe de cliniques privées GSMN serait intéressé à reprendre l’Hôpital de Moutier. La crise autour de l’Hôpital de la Providence à Neuchâtel – et les conditions de travail des employé-e-s – est encore dans toutes les mémoires. L’exemple neuchâtelois démontre une fois de plus que les partenariats publics-privés (PPP) ne sont pas, particulièrement dans le domaine de la santé, la panacée. Les PPP comportent de nombreux risques et doivent être strictement encadrés pour fonctionner. 

GSMN n’est pas un exemple en matière de partenariat social: le groupe s’est opposé à la Convention collective de travail dans le domaine (CCT21) et a déposé recours au Tribunal fédéral pour limiter son application. Le Parti socialiste jurassien ne veut pas de telles conditions de travail pour les employé-e-s du site de Moutier. La santé ne devrait pas être envisagée que sous le seul angle économique: la qualité des conditions de travail des employé-e-s, le respect des patients, la proximité et la diversité de l’offre sont garants d’une qualité optimale de soins qui doit aussi être considérée comme prioritaire. Ces considérations sont éminemment politiques.

Un groupe privé n’est pas un mécène et si GSMN s’implante à Moutier, c’est pour y faire des affaires et en tirer du profit! Les tensions à Neuchâtel en sont un parfait exemple. Si le principe d’un PPP consiste à privatiser les actes les plus rentables et à mutualiser ceux qui le sont le moins, ce partenariat n’est de loin pas souhaitable. En étudiant les différents scénarii évoqués, le Gouvernement doit garder à l’esprit que ceci ne peut être fait qu’en garantissant un accès aux soins proche et de qualité pour tous et en assurant au personnel des conditions de travail couvertes par une Convention collective de travail. La CCT de l’Hôpital du Jura est plus favorable que celle des hôpitaux bernois. Il faut donc demander l’application pleine et entière de la CCT de l’H-JU pour les employé-e-s du site de Moutier. 

Le Parti socialiste jurassien souhaite que l’Hôpital du Jura et l’Etat jurassien réfléchissent aussi au rachat du site de Moutier: une solution efficace en termes de planification hospitalière, de maintien de soins de proximité et de conditions de travail satisfaisantes pour les employé-e-s. Le Gouvernement bernois, en soutenant cette vente par l’Hôpital du Jura bernois (avant même les recours traités!) ne se préoccupe vraiment plus du site de Moutier. C’est alors de la responsabilité politique des Jurassien-ne-s – à travers le Parlement et le Gouvernement – et de la responsabilité opérationnelle de l’H-JU de prendre en main ce problème. 

Quant au Directeur de la Santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne, Pierre Alain Schnegg, qui estime que la proposition privée pourrait représenter « une très bonne solution », c’est surtout une très bonne solution pour punir les Prévôtois de leur choix d’appartenance cantonale. En cherchant à vendre à la hussarde le site de Moutier sans autre forme de concertation avec les autorités jurassiennes, on ne peut que relever le mépris du camp pro-bernois qui pratique la politique de la terre brûlée en torpillant le site de Moutier. Cette manière de faire montre la considération qu’il a pour les employé-e-s et les patient-e-s du site prévôtois… ils apprécieront !

Parti socialiste jurassien

Delémont, le 10 août 2018

Tweet about this on TwitterShare on Facebook28