Congrès du PSS: pas qu’une balade!

Le PSS tenait Congrès à Windisch (AG) les 1 et 2 décembre dernier. Un banal congrès, genre grand-messe d’autosatisfaction ? Et donc une petite balade sympa pour qui s’y rendrait. Est-ce cela que se sont imaginé les sections chargées de déléguer des représentant-e-s ? Peut-être … seuls parmi les 450 délégués, deux Jurassiens ont fait le déplacement … et ont siégé à côté des deux délégué-e-s du PSJB. En toute harmonie !, parmi 450. 

Au menu du samedi, les discours bien informatifs et chaleureux de nos hôtes (actifs et efficaces, nos camarades argoviens !), puis le discours d’ouverture du Président Chistian Levrat. Très politique, très engagé, très militant. Une bonne première dose de doctrine (pas sectarisme). Un autre Fribourgeois, le Président de la Confédération, Alain Berset, a fait un état des lieux. L’émotion qui l’a étreint au moment de mentionner la rencontre la plus marquante de son année présidentielle – la visite d’un camp d’enfants réfugiés Rohyngas – a été communicative, pour le moins ! 

Le gros morceau du Congrès, c’était l’adoption d’un nouveau Concept économique. Elaboré de façon très participative – des milliers de propositions individuelles et de sections cantonales et locales, quatre grands ateliers réunissant plus de 150 personnes de toutes fonctions sous la houlette de 4 grands pilotes, 95 amendements soumis à discussion au Congrès, plus de 2 ans de travail intense de réflexion, d’analyse, de proposition – le document « Notre économie – Pour une politique économique durable » a fait l’objet de discussions intéressantes à défaut d’être animées et a finalement été adopté à une quasi unanimité des délégué-e-s locaux, Jeunesse socialiste, PS+60 (seniors), Femmes socialistes compris. 

Le discours de Liliane Maury-Pasquier, Présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Conseillère aux Etats (GE) a illustré l’importance de la présence et de l’engagement de notre pays dans les institutions extérieures. Elle s’exprimait sur le thème : « La Suisse, un pays comme les autres ? » 

La soirée festive n’a pas été des plus longues, mais elle a permis aux deux Jurassiens de nouer des contacts très sympas et intéressants avec nos camarades neuchâtelois, Et d’expliquer en détail l’historique de Moutier et de la QJ. L’absence d’informations explique à mon sens la lassitude qui gagne nos compatriotes.

La journée du dimanche fut à n’en pas douter constituée de moments forts en termes de formation politique – à mon sens ça équivaut à de nombreuses journées de formation politique, syndicale, sociale ! 

Au matin, le discours militant de la Conseillère nationale (TI) Marina Carobbio – toute fraîche Présidente de l’Assemblée fédérale (et du Conseil national) sur le thème de « Contre les préjugés – pour l’égalité des chances », suivi des élections statutaires : discours de haute tenue et de grande dignité de Géraldine Savary qui quitte la vice-présidence, discours militant de candidature à sa succession d’Ada Marra (brillamment élue), réélection sans histoire d’un Président Levrat dont le discours illustra les valeurs dont notre parti se fait le porteur inlassable. 

Cette « solide mise en bouche » a précédé une table ronde autour du thème de la LaMal. Sa mère adoptive – le bébé était déjà largement engagé à son arrivée – Ruth Dreifuss, pleine d’humour, de sagesse, d’enthousiasme et d’énergie, a remis les choses en place, accompagnée d’élus au niveau fédéral, cantonal et local qui ont illustré les conséquences pour les assurés du transfert en cascades de la charge de frais de maladie, la victime ultime et lourdement chargée étant l’assuré lui-même. C’est donc sans surprise que le Congrès a plébiscité le lancement de l’initiative d’allègement des primes visant à ce qu’aucun ménage en Suisse n’ait à consacrer plus de 10 % de son revenu disponible aux primes d’assurance-maladie.

Le discours de la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga sur l’action au sein des institutions a (dé)montré combien la présence d’une gauche toujours minoritaire au sein des institutions requiert de l’attention, de l’engagement, du sérieux, de la conviction, de la persévérance.  

La séquence « Grève des femmes du 14 juin 2019 » a fait l’objet d’une belle mise en scène avec la participation de femmes et d’hommes portant des pancartes affichant les raisons de faire cette grève. Soutenue par un discours percutant de Tamara Funiciello (CD du PSS) et de Martine Docourt (co-présidente des Femmes socialistes suisses), cette action a été ponctué par une salle enthousiaste, solidaire chantant debout « Bread and Roses » 

Le Congrès a ensuite soutenu sans grande opposition le soutien du PS à l’initiative : « Stopper le mitage – pour un développement durable du milieu bâti ».

Député portugais au Parlement national et à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, notre camarade Paulo Pisco a longuement mais brillamment et pertinemment présenté la situation dans son pays. Victime d’une crise sociale et économique profonde, la population portugaise s’était tournée, il y a trois ans, vers une nouvelle majorité. Une majorité constituée d’une gauche unie. Le relèvement est spectaculaire : baisse du chômage impressionnante, remboursement quasi complet de l’emprunt au FMI, une économie florissante qui espère le retour au pays des ressortissants expatriés et l’arrivée de forces nouvelles d’autres nationalités, … Spectaculaire ! Je me suis dit que cet homme « vendait de l’espoir » !

Pour clore ce très intéressant Congrès, une quinzaine de résolutions et propositions ont été présentées par leurs auteurs (individuels, sections locales ou/cantonales) et suivies des prises de position du Comité directeur du PSS. Une belle valse de propositions qui ont illustré la diversité des sujets d’intérêt et de préoccupation de la base. En tant que Jurassien, j’ai porté une attention toute particulière à celle proposée par le PS neuchâtelois, défendue par Baptiste Hurni, député et président du Groupe PS au Parlement cantonal. Titrée « Solidarité avec toutes les régions de Suisse », elle est une déclaration de soutien aux régions périphériques qui contribuent à la richesse nationale mais ne récoltent pas toujours à hauteur les fruits de leur participation. Une résolution unanimement soutenue par le Congrès. Voilà qui sonne bien opportunément au moment même où les Chambres fédérales revoient la péréquation financière et pénalisent les cantons pauvres !

 L’Internationale, chantée par chacun-e dans sa langue, a ponctué, poing levé, ces deux jours d’intenses partages, échanges, formation et information. 

De bien beaux moments qui, je l’espère, seront vécus par de bien plus nombreuses et nombreux camarades jurassien-ne-s à l’avenir !

Un délégué enthousiaste et ragaillardi (si besoin était !)

Jean-Marie Miserez

Vous trouverez les documents du Congrès sur : 

https://www.sp-ps.ch/fr/parti/organisation/congres/congres-bruggwindisch-ag

Photo : F.-X. Migy, l’autre délégué jurassien en compagnie d’Elisabeth Beck, présidente de la section de St-Imier 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0