Que voter le 25 novembre 2018?

Voici les recommandations de vote du PSJ, décidées par le Congrès du 26 octobre:

NON à l’unanimité à l’initiative de l’UDC pour l’autodétermination 

NON à l’unanimité à la modification de la base légale pour la surveillance des assuré-e-s

NON à l’initiative pour les vaches à cornes par 42 non contre 38 oui et 12 abstentions

 

 

Mettre notre démocratie en péril? NON à l’initiative de l’UDC!

Le Comité jurassien « Non à l’initiative pour l’autodétermination » a présenté ses arguments à la presse vendredi matin. Tous les partis politiques (CS-POP, Les Verts, PSJ, PCSI, PDC, PEV et PLRJ), la Chambre de commerce et d’industrie du Jura, les syndicats, Amnesty International Jura Jura bernois et d’autres associations se sont alliés pour dénoncer les graves conséquences de cette initiative soumise au vote le 25 novembre. Le comité jurassien est présidé par la Conseillère aux Etats Anne Seydoux-Christe et le Conseiller national Pierre-Alain Fridez. 

L’initiative est néfaste pour notre pays car elle remet purement et simplement en cause de nombreux traités et accords, dont la Convention européenne des droits de l’Homme. La CEDH protège nos droits fondamentaux (droit à la vie, à la liberté, droit à un procès équitable, droit de vote des femmes, protection contre les traitements inhumains, droit à la sphère privée, à la liberté de conscience et de religion, droit à la liberté d’expression et d’association, droit au mariage et à la famille, etc.). Elle s’applique à 800 millions de personnes dans 47 Etats. Chaque Etat porte une part de responsabilité dans sa réussite ou son échec. Le retrait de la Suisse pourrait avoir un effet domino et être suivi par certains Etats peu enclins à respecter les droits humains. « Cette initiative porte de graves atteintes à la crédibilité politique de la Suisse en tant que dépositaire de nombreuses conventions internationales, à son engagement en faveur des Droits de l’Homme et de la démocratie » a déclaré Anne Seydoux-Christe lors de la conférence de presse. 

La Suisse est liée avec les autres pays par plus de 5’000 accords internationaux, dont 600 ont une importance capitale pour l’économie. L’initiative de l’UDC impliquerait d’en dénoncer un grand nombre. Les traités internationaux qui seraient contraires à la Constitution devraient être renégociés, voire dénoncés si nécessaire. « Même si elles violent le droit international, les initiatives populaires pourraient ainsi être mises en oeuvre. L’UDC veut clairement un outil juridique pour faire passer ses textes qui sont inapplicables aujourd’hui» a expliqué Pierre-Alain Fridez. Perte de crédibilité de notre pays, conséquences importantes sur les investissements des entreprises et sur les exportations, pertes de places de travail… l’initiative met en danger la place économique suisse. Des milliers d’emplois pourraient être menacés. 

Il est rare de voir en Suisse une alliance si vaste des milieux politiques, économiques, syndicaux et de la société civile s’opposer à une initiative. Le Conseil national et le Conseil des Etats l’ont rejetée sans lui opposer de contre-projet. Le Conseil fédéral recommande également de refuser ce texte. 

Protégeons nos droits et rejetons toutes et tous cette initiative! 

Comité jurassien NON à l’initiative anti-droits humains  

Vendredi 2 novembre 2018 / pch

La volonté populaire bafouée: honteux!

« Déception, humiliation et injustice »: c’est ce que ressent le Parti socialiste jurassien suite à la décision incompréhensible et téléguidée communiquée ce lundi matin par la préfète du Jura bernois. Le respect d’une volonté populaire clairement exprimée ne peut pas se cantonner à un slogan: lorsqu’une votation populaire est injustement annulée, c’est toute la démocratie qui est bafouée! En réalité, la préfète et le Gouvernement bernois ont décidé depuis longtemps, soit au lendemain du 18 juin 2017, de jeter au caniveau la volonté populaire exprimée dans les urnes. C’est un procédé que nous méprisons !

Quel crédit peut-on encore accorder à une préfète, membre d’un parti qui, certes, prône la liberté individuelle et le libre arbitre, mais qui doit son élection aux voix des recourants ? Pouvait-elle seulement prendre une autre décision alors qu’elle est étroitement liée à son patron – le Gouvernement bernois ? Quelles pressions a-t-elle subies ? Comment peut-elle justifier une attente de 16 mois pour donner un verdict politique décidé sitôt les résultats du vote du 18 juin 2017 connus ? Poser la question, c’est y répondre !

Après les caisses noires, les mensonges et les errances du Gouvernement bernois et cette décision privant les Jurassiennes et Jurassiens d’une victoire acquise de haute lutte dans les urnes, on vole le choix des Prévôtoises et Prévôtois ! La Confédération porte également une lourde responsabilité dans ce processus, car elle a fait preuve de trop de passivité. Elle qui imaginait régler la Question jurassienne, elle s’est trompée lourdement. Ce n’est pas en venant faire la leçon aux autonomistes que Madame Sommaruga a calmé les esprits. La Confédération doit maintenant faire respecter une volonté populaire clairement exprimée, dans des conditions de sécurité jamais appliquées en Suisse pour un autre vote. Pour l’heure, la Question jurassienne est relancée et les Jurassiennes et Jurassiens, qui ont largement prouvé leur obstination dans la lutte pour l’indépendance, se battront jusqu’au bout pour que Moutier rejoigne sa patrie, le canton du Jura. 

Ce n’est qu’un début, continuons le combat! 

Un Congrès fort en symboles à Moutier

Les membres du Parti socialiste jurassien étaient réunis en Congrès vendredi soir dans la cité prévôtoise. Près de 150 personnes ont pris part à la soirée qui a été marquée par le lancement de la campagne du PSA de Moutier en vue des élections communales du 25 novembre. Ada Marra, conseillère nationale, a prononcé un discours très apprécié. Le PSJ a également défini ses mots d’ordre en vue des prochaines votations fédérales. Enfin, la soirée s’est terminée par une partie plus festive avec un concert du jurassien Sim’s. 

20181026 communiqué PSJ Congrès Moutier

L’article du Quotidien jurassien: à lire ici

Le discours de Valentin Zuber, président du PSA-SJ: Allocution de Valentin Zuber_PSJ_v3

Le discours d’Ada Marra: Discours Ada Congrès Moutier

La galerie photos de la soirée: http://www.psju.ch/galerie/

« Il y 1000 et une façon d’être suisses et toutes sont légitimes. Comme il y a 1000 et une façon d’être jurassiens. Toutes légitimes aussi ». Ada Marra, conseillère nationale 

Moutier, le 26 octobre 2018 / pch

Reflets du Parlement: un pavillon suisse pour l’Aquarius

L’Aquarius, le navire qui porte secours aux migrant-e-s en Méditerranée, est bloqué depuis plusieurs jours au port de Marseille, le Panama ayant décidé de lui retirer son pavillon.

Le Parlement jurassien a accepté mercredi par 34 voix contre 15 et 7 abstentions une résolution interpartis portée par le député socialiste de Courroux Fabrice Macquat qui demande le bateau obtienne pavillon suisse. C’est la première fois qu’un parlement cantonal fait une demande en ce sens au Conseil fédéral.

Texte résolution Aquarius

A l’heure des questions orales, la députée de Delémont Murielle Macchi-Berdat est montée à la tribune pour faire part de ses inquiétudes sur la politique  prévention en matière d’alcool. Certains établissements propose des tireuses à bière sur la table qui offrent un accès illimité… une tentation pour les jeunes consommateurs.

Nicolas Maître s’est lui interrogé sur la communication sur les éoliennes: Qo_20181024_Implantation d’éoliennes dans le Jura – Sous-entendu de Jean-Daniel Tschann PCSI_Nm

Le Parlement a également ratifié mercredi le plan directeur cantonal. Plusieurs modifications ont été apportées, notamment pour tenir compte des demandes de certaines communes. Quelques changements concrets: les perspectives démographiques devront être réexaminées tous les 4 ans; les besoins des personnes en situation de handicap devront être mieux pris en compte; il faudra viser à avoir davantage de salles de sport; ou encore favoriser les trains directs sur la ligne Delémont – Meroux (gare TGV) ainsi que renforcer les transports publics le week-end.

Le Parlement a largement soutenu le crédit du canton pour le projet de rénovation de la patinoire de Porrentruy.

Les député-e-s socialistes ont également déposé plusieurs interventions: 

Sources: interventions des député-e-s, Le Quotidien jurassien et www.rfj.ch.

Delémont, le 25 octobre 2018

Poste: la voix du peuple sera entendue!

L’initiative cantonale jurassienne, qui demandait notamment des mesures compensatoires lors de fermeture d’un office postal, a été approuvée récemment par le Conseil des Etats et la semaine dernière par la commission des transports du National. « C’est une victoire non seulement pour le Jura mais aussi pour les communes et les villes de de Suisse » a déclaré le député socialiste et initiant Raphaël Ciocchi dans les médias. Concrètement, les citoyens auront leur mot à dire lors de fermeture d’un office postal: il suffira de déposer auprès de la Postcom (la commission fédérale de la Poste) une demande munie d’un nombre de signatures égal à celui nécessaire pour une initiative au niveau communal. La Poste devra également prendre des mesures compensatoires envers les régions touchées par des fermetures d’offices. « La Poste ne pourra plus avancer sur les villages comme un rouleau compresseur » s’est réjouit Raphaël Ciocchi. Il a également salué le travail des parlementaires fédéraux, notamment le Conseiller aux Etats Claude Hêche.

Pour rappel, 15 offices postaux (sur 31) sont menacés de fermeture jusqu’en 2020 dans le Jura. 17 emplois sont en jeu. L’initiative devra maintenant être mise en œuvre dans les deux ans.

Image: Pitch Comment (publication Archebdo https://archebdo.ch/)

Le reportage de la RTS au 19h30

Sources: rfj.ch et arcinfo.ch

Delémont, le 23 octobre 2018 / pch

NON à une attaque de nos droits fondamentaux: NON à l’initiative pour l’autodétermination

L’initiative dite pour l’autodétermination sera soumise au vote le 25 novembre. Un comité jurassien s’est créé pour dénoncer les graves conséquences de ce texte. Si cette initiative est acceptée, elle mettra en péril non seulement la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) mais également de nombreux traités. Les partis politiques jurassiens (CS-POP, Les Verts, PS, PCSI, PDC, PEV et PLRJ), la Chambre de commerce et d’Industrie, les syndicats, Amnesty,… s’allient notamment pour défendre les droits de chacune et chacun. Le comité jurassien est présidé par la Conseillère aux Etats Anne Seydoux-Christe et le Conseiller national Pierre-Alain Fridez. 

L’initiative de l’UDC vise indirectement deux textes internationaux: la CEDH et les traités entre la Suisse et l’Union européenne. L’UDC s’attaque à ces textes par une voie détournée. Selon les initiants, la Confédération pourrait renégocier la CEDH et d’autres traités: c’est faux et juridiquement impossible: le fait de dénoncer un traité pour y adhérer ensuite en émettant des réserves serait qualifié d’abusif. La Suisse ne sera plus considérée au niveau international comme un partenaire fiable.

La Convention européenne des droits de l’Homme s’applique à 800 millions de personnes dans 47 Etats. Elle constitue un véritable système collectif de protection des droits humains. Chaque état porte une part de responsabilité dans sa réussite ou son échec. Le retrait de la Suisse pourrait avoir un effet domino et être suivi par certains Etats peu enclins à respecter les droits humains; ce qui engendrerait une perte de stabilité et de sécurité au niveau européen, tant sous l’angle économique que politique. 

L’initiative s’en prend à nos juges et son intitulé est doublement trompeur. Les juges de la CEDH ne sont pas des juges étrangers mais ils sont désignés par les Etats membres du Conseil de l’Europe dont la Suisse fait partie. Un juge suisse siège actuellement à Strasbourg. L’initiative vise en réalité nos propres juges au tribunal fédéral et leur indépendance en voulant les empêcher d’appliquer la CEDH pour protéger nos droits fondamentaux (droit à la vie, à la liberté, droit à un procès équitable, droit de vote des femmes, protection contre les traitements inhumains, le droit à la sphère privée, à la liberté de conscience et de religion, la liberté d’expression et d’association, la droit au mariage et à la famille,…). 

Le comité jurassien est appelé à s’élargir. Si vous souhaitez nous rejoindre, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse noniadh@outlook.com. 

Protégeons nos droits et rejetons toutes et tous cette initiative! 

Delémont, le 4 octobre 2018 / pch

Suremballage, éoliennes, notariat, premiers secours… les reflets du Parlement

Après chaque séance plénière du Parlement jurassien, nous vous proposons une synthèse des différentes interventions des député-e-s socialistes à la tribune.

A l’heure des questions orales, Murielle Macchi Berdat a interrogé le Gouvernement sur la décision du Conseil fédéral de ne pas retenir le programme de 3ème génération de l’agglomération delémontaine. La question à lire ici:  QO PA3

Rosalie Beuret a elle demandé des nouvelles de la fiche sur l’énergie éolienne: 180926_PLT_QO_eoliennes. Le ministre a promis la fiche pour la fin de l’année.

Fabrice Macquat est lui intervenu sur les augmentations des primes d’assurance maladie: Question orale PLT du 26.09.2018 (version word)

Lutter contre les plastiques et les cartons inutiles. Par 45 voix pour, 11 contre et une abstention, les député-e-s ont accepté la motion transformée en postulat de Mélanie Brulhart Nusbaumer. Le texte demande au Gouvernement de proposer une disposition légale pour que les établissements de vente au détail qui proposent des produits alimentaires et de grande consommation se dotent, à la sortie des caisses, d’un point de reprise des déchets d’emballage.En Valais, le Parlement avait accepté début mars un postulat allant en ce sens. Zürich impose aussi aux grandes entreprises de reprendre à leurs frais les emballages inutiles. La motion à lire ici: Motion suremballage et l’argumentaire à lire ici: Motion suremballage argumentaire MB.

La motion sur le notariat de Loïc Dobler – qui demandait que la législation sur le notariat et notamment le décret sur les émoluments soit revu – a été acceptée par 38 oui, 15 non et 4 abstentions. Motion notariat

Katia Lehmann a déposé une motion qui demande au Gouvernement d’intégrer dans le cursus scolaire obligatoire et post-obligatoire des modules de formation aux techniques de premiers secours. Le texte à lire ici: Premiers secours à l’école- Motion.

Nicolas Maître a déposé une question écrite suite à l’affaire CarPostal et s’il y avait un parallèle à faire pour d’autres unités de la Poste: Qe_20180926_Affaire CarPostal – Parallele à faire pour d’autres unites de la Poste _Nm

Le législatif a aussi accepté en 2e lecture le plan de réformes de la caisse de pensions. Il a également adopté une loi qui permettra au canton d’encadrer les entreprises de pompes funèbres.

Delémont, le 26 septembre 2018 /pch

 

Le Jura entrait dans la Confédération il y a 40 ans

24 septembre 1978: le peuple suisse approuvait, par 82,3% des votants, la création du canton du Jura. Cet anniversaire a été rappelé mardi après-midi aux Chambres fédérales notamment par la présidente du Conseil des Etats. Le sénateur Claude Hêche a pris la parole pour la remercier mais aussi pour évoquer la situation de Moutier. Son intervention à lire ici: 40 ans JU intervention CH 24.09.18 2

Delémont, le 24 septembre 2018 / pch

Aide aux personnes endettées: le Conseil des Etats accepte la motion de Claude Hêche 

La Suisse doit se doter de procédures pour permettre aux personnes surendettées de se libérer de leurs dettes. Le Conseil des Etats a adopté tacitement ce matin une motion en ce sens de Claude Hêche. Le Conseil fédéral proposait d’accepter le texte. 

La motion à lire ici: Motion désendettement

L’argumentaire de Claude Hêche à lire ici: Motion Désendettement septembre 2018 raccourcie

« C’est un pas très important dans le dossier du désendettement » explique Claude Hêche. « Beaucoup de personnes sont concernées dont un quart des jeunes ». Elles sont ainsi condamnés au minimum vital, avec des conséquences dramatiques notamment pour les enfants. « Il est aujourd’hui nécessaire de réformer le système afin d’offrir à ces personnes des solutions pragmatiques et applicables afin de donner de réelles perspectives de désendettement et de réinsertion économique » a expliqué le Conseiller aux Etats jurassien. Plusieurs pays de l’OCDE connaissent des dispositions en ce sens. Cela permettrait de réduire les défauts de paiement auprès de l’assurance-maladie et de réduire les coûts sociaux à charge des collectivités publiques. La révision de la loi sur la poursuite pour dettes et la faillite devra permettant l’effacement des dettes sous certaines conditions.

Comme le relève le Conseil fédéral dans son rapport suite au postulat de Claude Hêche sur le même sujet adopté en 2014, «ces procédures n’ont conduit à aucune dégradation de la moralité de paiement, mais ont notamment permis de réduire la charge de recouvrement des créances, de promouvoir l’entrepreneuriat et de maximiser l’activité économique. De plus, l’objectif de réinsertion économique de ces procédures permettrait, au niveau national, de réduire les défauts de paiement auprès de l’assurance-maladie et de réduire les coûts sociaux à charge des collectivités publiques. »

Le Conseil national doit se prononcer sur cette motion et l’accepter pour qu’un projet de loi soit établi. 

Delémont, le 11 septembre 2018 / pch + ATS