Moutier accueillie par le Parlement jurassien

Les autorités de Moutier accueillies par le Parlement jurassien mercredi

“Vous êtes chez vous, dans votre canton. Soyez les bienvenus!” La présidente du Parlement, notre camarade Katia Lehmann, a accueilli mercredi la délégation de Moutier en ouverture du Parlement jurassien. “Patience, ténacité, courage, confiance, humour, dynamisme et surtout un amour profond pour votre ville et le Jura, telles ont été les qualités principales dont ont dû faire preuve les nombreuses personnes qui ont œuvré pour que Moutier rejoigne enfin le canton du Jura. La douche froide du 5 novembre 2018 aurait pu éteindre la flamme. Mais c’était mal connaître le cœur et l’âme des Jurassiennes et des Jurassiens. Le fort sentiment d’injustice né de la décision préfectorale d’annuler le scrutin de juin 2017 a décuplé les énergies pour conduire à ce second et dernier vote victorieux. Le grand OUI de dimanche a réellement la saveur des victoires récompensant les plus grandes épopées”.

Vous pouvez lire l’entier de son discours ci-dessous.

Vous trouverez également différents reflets dans la presse:

Sur le site d’RFJ: https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20210331-Le-Parlement-jurassien-accueille-Moutier.html

A la RTS: https://www.rts.ch/info/regions/jura/12090066-les-autorites-de-moutier-accueillies-au-parlement-jurassien.html

A Canal Alpha: https://www.canalalpha.ch/play/le-journal/topic/22195/moutier-a-delemont-comme-a-la-maison

Pour le maintien des cartes journalières des CFF

A l’initiative du groupe socialiste, une résolution interpartis a été déposée pour demander le maintien des cartes journalières pour les transports publics. Depuis bientôt 20 ans, les communes suisses peuvent acheter des cartes journalières et les vendre à leurs habitants leur permettant ainsi de voyager en transports publics durant une journée sur l’ensemble du territoire suisse, pour un coût d’environ CHF 50.-. Dans notre Canton, cette prestation représente plus de 6’000 cartes vendues annuellement. En Suisse, ce chiffre représente 1,5 million de cartes !

Détails ici: 

Covid et conséquences sur la table également

Loïc Dobler a interrogé le Gouvernement sur les conséquences du Covid sur le sport et la culture. Il souhaitait savoir quel montant le canton du Jura avait prévu pour venir en aide aux acteurs culturels et sportifs pour l’année 2020, et ceux prévus pour 2021. 

Pauline Christ Hostettler a elle demandé au Gouvernement d’évaluer la situation des enfants et des jeunes suite à la crise du coronavirus. Elle propose, au sortir de la pandémie, que le Gouvernement lance un « Passeport Jeunesse » qui donnerait accès à toute une série d’activités culturelles et de loisirs. 

Vous retrouverez les deux interpellations dans le résumé du dernier plénum: https://www.psju.ch/2021/03/toutes-et-tous-avec-moutier/

Plusieurs interventions déposées

Jelica Aubry Janketic s’inquiète pour la pérennité de la structure Sports-Arts-Etudes (SAE) au travers d’une interpellation.

Leïla Hanini a déposé deux questions écrites: la première sur la représentation des femmes dans les commissions étatiques et la deuxième sur les violences domestiques.

Lisa Raval s’interroge sur la présomption d’appartenance à une Eglise reconnue impliquant le paiement de l’impôt ecclésiastique.

A l’heure des questions orales…

Nicolas Maître a interrogé le Gouvernement sur la sécurité des cyclistes et notamment concernant la cohabitation avec les automobilistes.

Leïla Hanini s’est elle inquiétée de la péjoration des conditions de travail pour les chauffeurs des Chemins de Fer du Jura ré-engagés par la société TSPG.

A retenir encore…

A noter encore que le Jura est le premier canton à mettre à disposition gratuitement des protections hygiéniques dans les écoles. Une motion en ce sens a été acceptée hier, soutenue par l’entier du groupe socialiste.

Delémont, le 31 mars 2021 / pch 

Bienvenue Moutier!

Le choix du coeur et de la raison! Les citoyennes et citoyens de Moutier ont décidé ce dimanche de rejoindre le canton du Jura avec un résultat net par 2’114 voix contre 1’740, soit près de 55% de oui. Le vote du 18 juin 2017 est ainsi confirmé de la plus belle des manières. Le Parti socialiste jurassien souhaite la bienvenue à ses ami.e.s prévôtois.e.s.

La date du 28 mars 2021 restera à jamais gravée dans l’histoire. « C’est un score canon, net et sans appel! » a déclaré Jämes Frein, le président du PSJ. C’est en toute logique que les résultats sortis des urnes en fin de journée ont confirmé le choix de 2017: la ville de Moutier est définitivement jurassienne! Choix politiques progressistes, ouverture, solidarité,… autant de valeurs communes partagées avec nos ami.e.s prévôtois.e.s dont se réjouit le Parti socialiste jurassien. Le PSJ mettra tout en oeuvre pour garantir le meilleur des accueils au sein de la maison jurassienne.

Vive Moutier ville jurassienne! 

Moutier, le 28 mars 2021 / pch

Moutier: le développement par la proximité

“Dimanche, les citoyens de Moutier auront à choisir entre le statu quo ou un véritable projet de société jurassien. Il est dès lors piquant de constater que les communicants antiséparatistes promettent «plus» à la ville en cas de… maintien dans le giron bernois! Il faut dire que dans l’imaginaire collectif des plus virulents probernois, la jeune République et Canton du Jura s’apparente encore et toujours au désert de Gobi. L’observateur attentif, s’il prend un peu de hauteur, constatera qu’il n’en est rien. Le message politique est par conséquent exactement le même qu’en 2017. Seule la forme change: exit les rats jurassiens et l’omniscience de l’UDC-JB! Le probernois apprend qu’il est désormais «non-séparatiste» et que l’ours de son étendard a été chassé par un «smiley» plutôt cool avec de grandes lunettes de soleil.

Implicitement, ce revirement signifie qu’il a été admis que la campagne haineuse de 2017, menée par quelques fortes têtes, avait été un désastre. On connaît la suite: la session de rattrapage, orchestrée à Courtelary par une préfète aux accointances connues avec cet influent groupuscule antijurassien, trouvera son épilogue dimanche. 

Le meilleur rapport qualité-prix

Dépourvus d’arguments rationnels – la cynique instrumentalisation de l’hôpital en est révélatrice – les probernois s’encoublent dans des propos confinant à la mauvaise foi. Non, le Jura n’est pas un enfer fiscal! Et l’arrondissement administratif du Jura bernois n’est pas l’éden qu’on nous dépeint, foi d’experts neutres. Financièrement, il est sensiblement plus intéressant de vivre dans le Jura et le «rapport qualité-prix» entre les impôts payés et les prestations de proximité fournies dans le Nouveau canton est nettement plus attractif.     

Mais bien davantage que ces considérations fiscales ou administratives, c’est sur le plan politique que les Prévôtois devenus jurassiens pèseront de tout leur poids. Avec 7 députés sur 60 dans le Jura contre 1 élu sur 160 actuellement, la voix prévôtoise saura enfin se faire entendre. Au surplus – et c’est réjouissant – les élu(e)s de Moutier dynamiseront à n’en point douter les instances politiques jurassiennes. Ce contexte sera évidemment bénéfique au développement de la ville.  

Car la communauté de destins est criante entre le Jura et Moutier! Le fait d’avoir vécu plus de la moitié de ma vie en Prévôté n’a en effet pas été un frein à ma récente élection au Parlement jurassien. Cette expérience personnelle est une preuve supplémentaire que la proximité décrite plus haut n’est pas un argument vain. 

La fin d’un long cycle

Du coup, les partisans du «non» sous-entendent qu’un «départ» de Moutier dans le Jura laisserait un trou béant entre Eschert, Roches et Perrefitte. Aussi, il apparaît que le Raimeux ne serait qu’un décor de cinéma en carton-pâte puisque visible et existant uniquement depuis le Grand Val. Fadaises! La ville de Moutier restera bien à sa place et saura poursuivre les nombreuses collaborations qu’elle entretient avec les communes voisines. Le mont Raimeux demeurera quant à lui un écrin naturel d’intérêt majeur en son versant sud autant qu’au nord.

Enfin, l’argument selon lequel un «oui» de Moutier agira comme un levier pour poursuivre une conquête territoriale ne tient pas. Le verdict des urnes du 24 novembre 2013 avait en ce sens été clair. Sous réserve du cas particulier de Belprahon, le «oui» de Moutier marquera dimanche la fin d’un long cycle de l’Histoire. Ce «oui» permettra de tourner la page. “

Patrick Cerf, Corban
Ancien citoyen prévôtois
Député au Parlement jurassien

Delémont, le 23 mars 2021 / pch

Moutier: J-10!

Dans 10 jours, les urnes rendront leur verdict sur l’appartenance cantonale de Moutier. Le Parti socialiste jurassien réaffirme encore une fois son soutien, sa fraternité et son amitié envers les habitant.e.s de Moutier, près de quatre ans après le vote du 18 juin 2017. Le PSJ se réjouit d’accueillir les Prévôtois.e.s à bras ouverts! En attendant, quelques images qui vous rappelleront de sacrés souvenirs…

Images: PSJ, BNJ.TV, www.rfj.ch, Georges Henz et Géraud Siegenthaler

Images: PSJ, BNJ.TV, www.rfj.ch, Georges Henz et Géraud Siegenthaler

Delémont, le 18 mars 2021 / pch

Réforme de l’AVS: pas sur le dos des femmes!

Le Conseil des Etats s’est positionné lundi sur un relèvement à 65 ans de l’âge de la retraite pour les femmes. C’est un très mauvais signe pour l’égalité, comme l’a dénoncé la gauche lors des débats.

” Vu les réalités actuelles, l’augmentation de l’âge de la retraite est une option trop exigeante, démesurée par rapport aux perspectives contenues dans le projet de loi actuel” a déclaré Elisabeth Baume-Schneider lors des débats au Conseil des Etats. L’entier de son intervention à visionner ci-dessous:

Le suivi de la session parlementaire

Pour suivre les dernières décisions des Chambres fédérales, vous pouvez vous rendre sur le site de la RTS: https://www.rts.ch/info/suisse/12010907-le-conseil-des-etats-favorable-a-une-retraite-des-femmes-a-65-ans.html#timeline-anchor-1615794615428

Pour suivre les interventions d’Elisabeth Baume-Schneider, c’est ici: https://www.parlament.ch/fr/biografie/elisabeth-baume-schneider/4238

Pour suivre les interventions de Pierre-Alain Fridez, c’est ici: https://www.parlament.ch/fr/biografie/pierre-alain-fridez/4074

Le fonctionnement de la Poste inquiète à nouveau

Pierre-Alain Fridez a déposé une motion sur les changements concernant le service à domicile de la Poste. Depuis le 1er mars, il n’est en effet plus possible de déposer le petit écriteau sur sa boîte aux lettres mais il faut passer par Internet ou commander un marqueur numérique. “C’est une inacceptable réalisation pour les personnes âgées, en particulier dans les régions excentrées” dénonce Pierre-Alain Fridez.

Les autres interventions déposées

Pierre-Alain Fridez a déposé plusieurs interventions:

Dans une motion, il demande que les respirateurs artificiels en trop de l’armée soient utilisés à bon escient.

Au travers d’une motion, il demande que les exportations d’armes à destination de l’Arabie Saoudite cessent.

Via une motion, il souhaite également la fin des tirs militaires aux abords la réserve naturelle de la Grande Cariçaie.

Dans une interpellation, il demande au Conseil fédéral des précisions sur le calendrier concernant le remboursement par l’assurance de base des prestations de podologie chez les patients diabétiques.

Dans une interpellation, il demande au Conseil fédéral quelle est la suite prévue pour le plan d’action national de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent.

Enfin, dans une interpellation, Pierre-Alain Fridez demande des informations sur la sécurité du personnel civil de la douane dans les engagements sur le terrain.

Delémont, le 16 mars 2021 / pch

Toutes et tous solidaires avec Moutier le 28 mars

Dans moins d’un mois, les citoyennes et les citoyens de Moutier se prononceront à nouveau sur leur destin. L’avenir de la cité prévôtoise sera jurassien, le PSJ est en convaincu! Le Parti socialiste jurassien réaffirme son soutien et sa fraternité envers les habitant.e.s de Moutier, près de quatre ans après le vote du 18 juin 2017. 

Rappelez-vous des scènes de liesse de ce fameux 18 juin 2017: les Jurassiennes et les Jurassiens partageaient un moment historique avec leurs sœurs et leurs frères de Moutier: nous fêtions ensemble la Liberté ! La valse des recours antiséparatistes et les décisions iniques des différentes autorités bernoises ont conduit à l’annulation d’un vote acquis de haute lutte, avec une participation record des ayants-droit. Le coup porté a été difficile, mais il a encore décuplé la volonté de retrouvailles des Jurassiennes et des Jurassiens.

Les dernières élections communales prévôtoises, où les autonomistes, PSA en tête, ont remporté une large victoire, l’ont une nouvelle fois démontré : les Prévôtois.e,s sont majoritairement jurassien.ne.s et font confiance à leurs autorités séparatistes, ceci depuis plus de 35 ans. Le désinvestissement bernois accentué depuis 2017 est un signe clair, Moutier est déjà une commune jurassienne pour la majorité des autorités du canton de Berne. Moutier repart donc pour un tour et doit à nouveau montrer sa volonté de rejoindre la maison jurassienne. Moutier se prononcera dans 23 jours et confirmera avec un grand OUI son désir de changement d’appartenance cantonale.

Les Prévôtois.e.s partagent des valeurs fondamentales avec les habitant.e.s du canton du Jura, comme celles d’ouverture et de solidarité. Moutier le prouve à chaque votation en votant de façon plus progressiste et sociale que le reste du canton de Berne. En confirmant leur choix de 2017, les citoyen.ne.s de Moutier auront la chance de prendre le destin de leur ville en main, de jouir d’un vrai pouvoir décisionnel de proximité et d’influencer réellement sur la politique de leur canton en devenant sa deuxième ville.

Le Parti socialiste jurassien réaffirme son soutien et sa fraternité vis-à-vis des habitant.e.s de la Prévôté. Le retour de Moutier dans la maison jurassienne représente une belle opportunité pour ses habitant.e.s d’améliorer leur quotidien, que ce soit en terme de revenus disponibles, d’impôts ou encore de protections sociales pour les plus précaires. Leur voix sera enfin entendue et elle comptera: Moutier pourra faire valoir ses ambitions légitimes au sein d’un canton romand. Le PSJ se réjouit d’accueillir à bras ouverts toutes et tous les habitant.e.s de Moutier sans exception. Il ne doute pas que ces derniers réitèreront fermement leur volonté de rejoindre la République et Canton du Jura. Prévôtoises et Prévôtois nous vous attendons, le compte à rebours a commencé !

Delémont, le 5 mars 2021 / pch

Parlement: toutes et tous avec Moutier

C’est un signal très fort: « A bras ouverts » titre le Quotidien jurassien (photo de la Une ci-dessus) de jeudi. Les député.e.s réuni.e.s hier à la Halle des Expositions à Delémont ont soutenu une résolution interpartis par 58 voix sans opposition. Le texte rappelle les différents engagements de l’Etat en faveur de Moutier à moins d’un mois du nouveau vote sur l’appartenance de la cité prévôtoise. Le responsable de la résolution, Pierre-André Comte, à réécouter sur RFJ: 

https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20210303-Le-Parlement-jurassien-confirme-les-engagements-pris-pour-Moutier.html

Nathalie Barthoulot, présidente du Gouvernement, a également rappelé que Moutier a toute sa place dans le Jura. Son intervention à lire ici:

Le Parlement jurassien a accepté la motion de Fabrice Macquat que demande d’accorder davantage de poids à l’égalité à l’école. Le texte demande notamment que le Gouvernement mette en place des voies et moyens pour que des cours sur l’égalité soient dispensés dans les écoles jurassiennes. L’argumentaire du député de Courroux à lire ci-dessous: 

Le Parlement jurassien a accepté la motion de Loïc Dobler qui demande que le Jura, en tant qu’actionnaire et au nom de la République et Canton du Jura, fasse des propositions à la BNS afin que celle-ci adapte ses investissements financiers de manière plus responsable.

Par contre, la motion (transformée en postulat) de Fabrice Macquat sur la 5G a été refusée. Le texte demandait que le Gouvernement adapte le décret sur les permis de construire pour que tous les ayants-droits concernés par un projet d’installation de rayonnement non-ionisant soient prévenus par écrit au moment de la publication, quelle que soit leur commune d’appartenance. 

A l’initiative de Nicolas Girard et Nicolas Maître, les groupes étaient invités à permettre aux député.e.s suppléantes de siéger pour marquer les 50 ans du droit de vote des femmes ainsi que la journée des droits des femmes du 8 mars. Lisa Raval, députée suppléante et présidente des femmes socialistes jurassiennes, était l’invitée du journal de Canal Alpha mercredi soir.

https://www.canalalpha.ch/play/le-journal/topic/21865/un-max-de-collegues-femmes-au-parlement-jurassien

Cette première séance a rimé avec baptême du feu pour plusieurs député.e.s. et suppléant.e.s… comme l’a relevé la RTS dans le 12h45 de mercredi.

https://rts.ch/play/tv/redirect/detail/12017110

Et un petit clin d’oeil à la présidente du Parlement Katia Lehmann, qui a présidé sa première séance avec brio!

Photo: www.rfj.ch

Du côté des questions orales:

Fabrice Macquat a interrogé le Gouvernement sur l’avenir des pêcheurs prévôtois. 

Pauline Christ Hostettler a elle demandé au Gouvernement quels contrôles ont été mis en place pour vérifier l’application et le respect des plans de protection dans les entreprises pour garantir la sécurité sanitaire des employé.e.s qui ne peuvent pas faire de télétravail. 

Leïla Hanini a interrogé le Gouvernement sur la protection des données du système d’identification SwissID. 

Les député.e.s ont déposé plusieurs interventions: 

Loïc Dobler a déposé une motion qui demande la mise en place de guichets uniques sociaux dans le Jura pour simplifier les procédures, renforcer l’efficience et la clarté du système.

Patrick Cerf demande au Gouvernement, au travers d’une question écrite, si un état de lieux a été réalisé afin de mieux se rendre compte des difficultés des acteurs culturels. Il s’inquiète de la difficulté de la situation des acteurs de la culture. 

Au travers d’une interpellation, Pauline Christ Hostettler demande au Gouvernement d’évaluer la situation des enfants et des jeunes suite à la crise du coronavirus. Elle propose, au sortir de la pandémie, que le Gouvernement lance un « Passeport Jeunesse » qui donnerait accès à toute une série d’activités culturelles et de loisirs. 

Loïc Dobler demande au Gouvernement, via une interpellation, quel montant le canton du Jura a prévu pour venir en aide aux acteurs culturels et sportifs pour l’année 2020, et ceux prévus pour 2021.

Il s’interroge également, via une question écrite, sur les accidents non-professionnels dans le cadre du sport.

Claude Schlüchter a lui déposé une question écrite sur le contrôle de conditions de protection des eaux de surface lors de l’utilisation de produits phytosanitaires.

Delémont, le 4 mars 2021 / pch 

Covid: un “ras-le-bol” certain ne doit pas nous faire dévier du cap!

Depuis une année, le coronavirus marque de son empreinte notre vie quotidienne. Que ce soit dans le cadre familial, professionnel ou amical, nos habitudes sont chamboulées. L’année passée, de février à juin, nous avions le sentiment de vivre en quelque sorte une épopée collective ; la plupart d’entre nous, acquis-e-s au sens des mesures prises pour préserver la santé des personnes vulnérables, ont respecté les consignes sanitaires avec l’objectif de contribuer à faire face à une situation dont on n’imaginait pas un seul instant qu’elle durerait aussi longtemps.

Les mois d’efforts laissaient apparaître en juin une prometteuse embellie. Force a été de constater que les mesures d’assouplissement de l’été nous ont projeté-e-s dès le mois d’octobre dans une seconde vague qui nous confronte désormais à nos limites. 

L’équilibre entre la protection sanitaire et la relance économique

Nous sommes convaincus de la nécessité de trouver un équilibre entre protection sanitaire et relance économique. Toutefois, les avis divergent quant aux mesures à prendre. D’une part, le temps des restrictions affecte notre moral et les effets collatéraux de la crise s’affirment désormais massivement avec des situations douloureuses pour les secteurs de l’économie empêchés de travailler (cafetiers-restaurateurs, milieux culturels et sportif notamment). D’autre part, la solitude pèse sur notre santé psychique, le manque de perspectives épuisent et mécontentent les jeunes, les personnes au chômage ne retrouvent pas de travail, etc…  Bref, la confiance s’érode, les incompréhensions s’installent, les reproches s’additionnent, chacun y va de son expertise, parfois de pacotille !

Ce contexte d’une rare complexité ne favorise pas les certitudes. Pourtant nous devons bien admettre que si les décisions prises ne nous convainquent pas toutes avec la même intensité et si nous relevons des incohérences, il est fondamental de garder un cap en matière de lutte contre la pandémie. Nous connaissons toutes et tous dans notre entourage des personnes confrontées à la maladie ou au deuil et personne ne contestera la nécessité de ne pas surcharger les hôpitaux.

Etre conséquents en matière d’indemnisation

Dans nos débats aux Chambres fédérales, nous avons à chaque fois martelé le fait que si l’Etat décide de fermer, il doit nécessairement définir des dispositifs pragmatiques pour indemniser les personnes empêchées de travailler. Nous avons à chaque fois voté en faveur de mesures qui prennent en considération les besoins des travailleurs et des travailleuses et ainsi obtenu, après de longues tergiversations, une indemnisation via la RHT à 100 % pour les bas revenus soit les salaires mensuels jusqu’à 3’470.-. Nous avons souhaité une intervention de l’Etat pour les baux à loyer commerciaux mais la droite n’a pas voulu de cette aide publique qui aurait été bénéfique pour bon nombre de petits indépendants. Nous avons à chaque fois voté les mesures qui permettent d’apporter un soutien financier au plus grand nombre d’entreprises, soit notamment l’abaissement du chiffre d’affaires de 100’000.—à 50’000- et une baisse de ce dernier de 40 % en lieu et place de 55 % pour bénéficier des aides dans le cadre des cas de rigueur.

La situation est difficile avec des démarches administratives parfois fastidieuses. Nous comprenons et respectons le « raz le bol » général. Toutefois, nous estimons qu’il n’est pas responsable d’exiger une accélération des ouvertures sans être conséquents et sans prendre en considération les risques encourus en vue d’éviter un effet yoyo. La prudence des pays qui nous entourent nous invitent à une réflexion sereine et non pas à désigner hâtivement des boucs émissaires, soit au niveau du Conseil Fédéral ou du Gouvernement jurassien. 

Calendrier du déconfinement

Pour répondre aux attentes légitimes et à l’impatience de la population, nous souhaitons qu’un véritable plan de sortie de la pandémie soit établi avec une communication régulière quant à l’évolution globale de la situation. Il est important que la cadence de la vaccination s’accélère, avec notamment une possibilité d’assouplissement des mesures dans les EMS. Sous conditions du strict respect des règles sanitaires et de plan de protection clairement établis, des allègements ciblés et par pallier sont à envisager dès le 1er mars (restauration ; nombre de personnes en famille, ouverture des lieux culturels, activités sportives pour les jeunes en élevant l’âge de 18 à 25 ans notamment, etc.). Nous souhaitons que le calendrier du déconfinement soit adapté à des périodes d’évaluation de deux semaines et non d’un mois pour répondre à la réalité sanitaire, économique et sociale de la population. 

En conclusion, nous souhaitons qu’un dialogue constructif se poursuive entre Autorités fédérale, cantonale et communale et avec la population. Nous nous étonnons des effets d’annonce de certains partis qui ont toute latitude de s’adresser aux membres des exécutifs de leur parti respectif pour faire évoluer raisonnablement la situation et sortir ensemble de la crise à un rythme utile à toutes et à tous. Il est essentiel, et la Suisse en a les moyens financiers, de continuer à garantir un projet de société qui inscrit la solidarité et l’empathie au cœur de son action. 

Tribune d’Elisabeth Baume-Schneider et Pierre-Alain Fridez, publiée le mardi 23 février 2021 dans le Quotidien jurassien.

Delémont, le 1er mars 2021 / pch

Une année décisive pour la prévoyance vieillesse

Les délégué.e.s étaient réuni.e.s le weekend passé en assemblée. Le PS a décidé de lutter contre toute détérioration de l’AVS et du deuxième pilier. Les délégué-e-s du PS Suisse ont ainsi posé des lignes rouges strictes qui ne doivent en aucun cas être dépassées dans les réformes à venir.

Le Jura était représenté à l’Assemblée par une délégation composée de Mathilde Crevoisier Crelier, Marie-Anne Etter, Jean-Marie Miserez, François-Xavier Boillat et Julien Loichat. Ils vous proposent un compte-rendu des débats.

Les différentes interventions et papiers de position sont également à retrouver ici: https://www.sp-ps.ch/fr/parti/organisation/assemblee-des-delegue-e-s/assemblee-des-delegue-e-s-numerique-0

  1. Ouverture de l’AD 

Accueil de Michael Sorg et message de Mathias Reynard

  1. Communications 

Rebekka Wyler : informations sur l’avancement du Klimapapier, qui occupe le PS depuis longtemps. Mis en consultation l’automne dernier auprès de spécialistes, plus de 500 inputs, en cours d’intégration dans le document. Sera soumis au CD en mars, puis à tout le monde au printemps

Rapport sur la CoCo du 12.12 : discussion sur le corona avec les sections cantonales (infos sur les activités et les interventions politiques dans les cantons). Discussion sur l’initiative pour une 13e AVS (renvoyer les feuilles de signature !). Discussion sur votations de mars et de juin.

Le PS a décidé d’édicter une directive sur la gestion du harcèlement sexuel et de la discrimination.

Projet de révision des statuts : une consultation sera lancée prochainement auprès des sections cantonales.

50 ans du suffrage féminin : un module de formation est disponible auprès des Femmes* PS

  1. Discours de Mattea Meyer, co-présidente du PS Suisse 

Retour sur l’année coronavirus et le temps considérable mis par les aides pour arriver. La droite bourgeoise a beaucoup trop tardé à reconnaître, puis à voter les aides nécessaires. L’ignorance de la droite bourgeoise n’est pas un hasard. Elle pratique une politique d’exclusion pour entretenir ses propres privilèges.

50 ans après le suffrage féminin, il est temps d’étendre notre démocratie à toutes celles et ceux qui vivent en Suisse et font prospérer notre pays (droit de vote des personnes étrangères)

La Suisse doit contribuer activement et efficacement à la lutte climatique. La loi CO2 est un pas dans la bonne direction.

Cette année, avec la réforme de la prévoyance vieillesse, l’initiative pour des soins infirmiers forts et la révision du droit pénal relatif aux infractions sexuelles, le Parlement aura trois occasions de montrer s’il entend prendre aux sérieux les revendications des femmes : plus de temps, plus de respect et plus d’argent.

Coronavirus et pauvreté : non au nationalisme vaccinal : il faut que tout le monde, en Suisse et dans le monde, puisse bénéficier des vaccins, notamment en supprimant provisoirement les brevets. Réduire les obstacles administratifs qui empêchent les personnes les plus exposées d’accéder à des aides. Un système de santé axé sur l’être humain et non sur le profit.

  1. La crise du coronavirus ¨ Discussion et adoption du papier de position du PS Suisse : Protéger la santé – préserver les moyens de subsistance !

Entrée en matière non contestée. Présentation du papier par Cedric Wermuth.

Le PS a rédigé un « papier de position » pour présenter ses propositions pour gérer la crise du coronavirus. Il a défini quatre domaines clés : la santé, le travail, les services publics et le fédéralisme. 

18 amendements ont été déposés, la plupart sont acceptés par le CD, parfois dans une formulation modifiée, et ne sont donc pas contestés. Quelques-uns sont rejeté par le CD, mais non contestés.

Un amendement de la JS portant sur la revendication 5 (compromis sur les loyers) fait l’objet d’un vote (A-10) : c’est la proposition du CD (acceptation dans une formulation moins péremptoire) qui passe.

Un 2e amendement (A-16) fait l’objet d’un vote : il propose d’encourager le renoncement à la viande pour endiguer les zoonoses. Le CD propose une version atténuée (« réduire la consommation de produits animaux), qui est acceptée très majoritairement.

Le papier sur le coronavirus est adopté à 187 – 0 – 4.

R-1 du CD : Des soins de qualité nécessitent du temps et des conditions de travail justes

Vidéo d’une infirmière témoignant de son quotidien.

Présentation de la résolution par Barbaya Gisy (CN). LA résolution demande des conditions de travail attrayantes, des salaires plus élevés et une meilleure compatibilité entre vie professionnelle et vie privée, notamment une « prime coronavirus » pour le personnel sanitaire et soignant.

Résolution acceptée à 167 – 0 – 0 

R-2 du CD : Une bonne formation dans de bonnes conditions – même pendant la pandémie de Coronavirus !

Le PS n’a pas encore pris position sur la situation des écoles durant le coronavirus – cette résolution permet de remédier à la situation.

Chaque enfant a le droit de bénéficier d’une formation de qualité. Dans tous les cantons, l’école primaire doit être dotée des ressources nécessaires – pour le fonctionnement de l’école, pour l’accueil extrafamilial des enfants ainsi que pour les services préscolaires et d’accompagnement scolaire. L’école publique doit garantir le droit à l’éducation pour toutes et tous.

Le corps enseignant et le personnel d’encadrement qui s’occupent des enfants et des jeunes au quotidien ont besoin de protection sanitaire, de soutien et d’allégement de leur charge de travail. Il faut donc des ressources supplémentaires pour l’encadrement, le soutien scolaire, les assistant-e-s de classe et le soutien psychologique des élèves. Les masques doivent être fournis gratuitement dans les écoles. Si nécessaire, il faut soutenir les mesures liées à l’infrastructure (ventilations, équipements de purification de l’air, appareils de mesure, parois en plexiglas). Le corps enseignant et le personnel d’accompagnement, ainsi que les autres groupes exposés ayant beaucoup de contacts avec d’autres personnes, doivent figurer en priorité dans les programmes de vaccination cantonaux.

Résolution acceptée à 199 – 0 – 0

  1. Discours de Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale

Elle plaide d’emblée pour le oui à la loi CO2. Même en période de pandémie, la protection de l’environnement a tout son sens.

Prendre les bonnes décisions maintenant signifie que des emplois seront créés à l’avenir dans notre pays, ce qui sera profitable pour l’économie. Aujourd’hui, nous dépensons des milliards à l’étranger pour acheter des énergies fossiles. Nous pourrions investir cet argent en Suisse, dans des technologies porteuses d’avenir. La décarbonisation de l‘économie (objectif neutralité 2050) est LE grand projet de ces prochaines années. Même si le projet ne va pas assez loin pour certain.e.s, il pose déjà les bonnes bases. La loi a aussi des aspects sociaux, puisque les compensations profiteront aux familles.

  1. Politique de la vieillesse R-3 du Comité directeur : Pas de jeux politiques avec notre prévoyance vieillesse !

En introduction, dialogue entre Ruth Dreifuss et Mattea Meyer. Discussion sur les précédentes révisions de l’AVS (10e en 1997) et sur la difficulté de réformer cette assurance. Sur l’augmentation de l’âge de la retraite. Sur les discriminations faites aux femmes et aux autres minorités.

Prise de parole par Pierre-Yves Maillard

Les femmes ont toujours et encore des rentes inférieures aux hommes. L’appel en ligne « Pas touche aux rentes des femmes » a réuni 300 000 signatures en quelques jours. Le compromis négocié permet d’améliorer la situation pour les femmes, le PS ne cédera pas sur ces questions.

Présentation de la résolution par Mattea Meyer

D’une part, l’AVS a besoin d’un financement stable et, au moins temporairement, de plus de ressources pour financer les rentes de la génération des « baby-boomers ». Le PS demande que les bénéfices de la BNS soient utilisés pour financer l’AVS.

Le PS n’acceptera l’AVS 21 et la LPP 21 que si les conditions suivantes sont remplies : 

1. Pas de relèvement de l’âge de la retraite. 

2. Pas de réduction des rentes. 

3. Pas de détérioration du compromis sur la LPP présenté par les partenaires sociaux. 

4. Amélioration des rentes LPP pour les femmes et les personnes à faible revenu. 

5. Pas d’interconnexion entre les deux réformes (AVS 21 et LPP 21) si cela doit servir à dissimuler des diminutions de prestations.

-> Le PS est prêt à lancer un référendum sur les deux dossiers si les réformes de l’AVS et de la LPP ne répondent pas aux critères énumérés ci-dessus.

-> L’Assemblée des délégué-e-s charge le Comité directeur d’élaborer des propositions concrètes pour un système de prévoyance vieillesse qui permette à chacune et à chacun de vivre dans la dignité. Le point principal est le passage du 2e pilier à l’AVS, fiable, stable et solidaire. Il faut une augmentation des cotisations salariales à l’AVS et, parallèlement, une réduction des cotisations au 2e pilier.

La résolution est acceptée à 182 – 0 – 0. 

Delémont, le 28 février 2021 / Mathilde Crevoisier Crelier + Pch

Votations fédérales du 7 mars: trois fois NON

Le Comité directeur du Parti socialiste jurassien propose ses recommandations de vote en vue des prochaines votations fédérales. Il soutient le non à l’initiative pour l’interdiction de se dissimuler le visage, non également à la loi sur les services d’identification électronique et à l’accord de libre-échange entre la Suisse et l’Indonésie. Les membres et sympathisant.e.s du PSJ ont pu débattre de ces trois objets mercredi soir lors d’une réunion virtuelle. 

Pandémie oblige, le PSJ n’a pas pu réunir ses membres en Congrès comme c’est le cas habituellement avant les votations fédérales. Un rendez-vous virtuel a tout de même été mis sur pied mercredi soir pour permettre aux camarades d’échanger et de débattre avec les élu.e.s. fédéraux Elisabeth Baume-Schneider et Pierre-Alain Fridez, les deux ministres Nathalie Barthoulot et Rosalie Beuret Siess ainsi que la présidence du parti. Une trentaine de membres ont participé à cet échange. 

Des débats animés et très intéressants lors de la séance virtuelle

Une initiative discriminante et inutile 

Ce texte « oui à l’interdiction de se dissimuler le visage » lancé par le comité d’Egerkingen, entend introduire dans la Constitution une interdiction sur une tenue vestimentaire qui ne concerne selon les données portées à connaissance par la Confédération que quelques dizaines de situations en Suisse. « Ne nous y trompons pas: il s’agit de dénoncer sans concession les oppressions à l’encontre des femmes; toutefois les initiants, sous couvert de valeurs féministes dont ils ne sont pour le moins en général pas les défenseurs, les excluent de l’espace public en proposant une réponse disproportionnée à des situations marginales» dénonce la Conseillère aux Etats Elisabeth Baume-Schneider.

L’identité numérique en mains publiques 

La loi sur les services d’identification électronique propose de créer une carte d’identité unique qui permettrait d’accéder à toute une série de services en ligne. Ce passeport numérique serait émis par des privés et non pas par la Confédération. Pour le PSJ, la protection des données est insuffisante dans ce projet. Le parti estime que les garanties ne sont pas encore suffisantes dans la perpective de confier la gestion de ces informations par des organismes privés. 

Agir de manière responsable: produire localement et durablement 

Le PSJ recommande également de rejeter l’accord de libre-échange entre la Suisse et l’Indonésie qui doit permettre aux entreprises suisses d’accéder sans entraves à un nouveau marché. Même si l’accord a obtenu des concessions, il collectionne encore des mauvais points et notamment sur la question des importations d’huile de palme. Sa production provoque des désastres écologiques sur l’écosystème indonésien. 

Delémont, le 11 février 2021 / pch