Ce qu’il faut retenir du Parlement

Après chaque séance du Parlement jurassien, le PSJ vous propose un petit éventail des principales interventions socialistes.

Inauguration de l' H™tel du Parlement et du Gouvernement jurassiens ˆ DelŽmont.

Défense d’un réseau postal de qualité / interpellation de Raphaël Ciocchi

Sujet oh combien d’actualité mercredi matin au Parlement: la Poste et le démantèlement de son réseau. Le syndicat Syndicom a distribué des tracts (à lire ici Parlement_flyer_mars_2017) aux députés pour demander au Gouvernement de se positionner et de s’engager pour que la Poste maintienne un service public de qualité dans la région.

IMG_0662 IMG_0666

500 à 600 offices de Poste auront disparu d’ici à 2020; 1’200 emplois passeront à la trappe: annonces faites par le Géant jaune en octobre de l’année dernière. Via une interpellation, le député Raphaël Ciocchi (photo à gauche) a demandé au Gouvernement des précisons sur la manière dont il s’engageait dans ce dossier. Pour rappel, ce sont 27 offices sur 31 qui sont menacés dans le Jura. Des réponses ont été apportées: le Gouvernement désapprouve l’ampleur des mesures envisagées par la Poste et ne partage pas la stratégie du Géant jaune. Le groupe socialiste au Parlement jurassien salue cette position gouvernementale, mais souhaite que l’exécutif améliore sa communication et son action en la matière. Parmi les pistes proposées: utiliser pleinement les conférences intercantonales et nos relations avec les autres cantons pour susciter une mobilisation politique et soutenir l’idée du moratoire sur les fermetures d’office, exiger de la Poste plus de transparence et d’explications, ou encore renforcer le poids des communes dans le processus de fermeture. Les politiciens, à tous les niveaux, doivent continuer à s’engager pour que la Poste continue à fournir des prestations qui répondent aux besoins de la population jurassienne.

Retrouvez l’argumentaire de Raphaël Ciocchi complet ici: Argumentaire-Réseau-postal-RCI

_________________________________________________________________________________________

Augmenter le taux de survie en cas d’arrêt cardiaque / motion de Katia Lehmann

Il est possible d’augmenter le taux de survie en cas d’arrêt cardiaque en agissant rapidement, efficacement et de manière coordonnée. Chaque minute passée sans tentative de réanimation diminue les chances de survie de 10%. La motion proposée demande de développer la formation de la population aux techniques de premiers secours dès la scolarité, de créer un réseau de premiers répondants, de mettre en place un réseau de défibrillateurs accessibles en permanence et de renforcer la coordination de toutes ces actions. Aujourd’hui, des formations sont déjà données, mais il n’existe aucun registre des personnes certifiées et aucun moyen de les alerter. Une application téléphonique déjà utilisée notamment au Tessin, permet de recenser à la fois les personnes formées et inscrites comme premiers répondants et les défibrillateurs. Elle serait un outil précieux de coordination.

Le Gouvernement souligne qu’une grande partie des mesures demandées dans la motion seront intégrées dans le futur concept cantonal de médecine d’urgence et de sauvetage et s’engage à leur concrétisation. La formation en milieu scolaire n’y sera pas mentionnée. Elle est portée pour l’instant par des initiatives privées et le gouvernement ne souhaite pas s’engager plus. Accepter la motion assurerait donc un point d’ancrage et la garantie de pouvoir développer et pérenniser une formation de qualité aux techniques de premiers secours.

Retrouvez l’argumentaire de Katia ici: Dvpt motion arrêt cardiaque KL

Au vote, la motion a été refusée par 25 voix contre 24 et 7 abstentions.

Katia Lehmann

_________________________________________________________________________________________

Cette séance du 8 mars, date de la Journée internationale des femmes, a aussi été marquée par une action des femmes socialistes à l’entrée du Parlement. Elles ont rappelé aux députés l’importance de défendre l’égalité et la cause des femmes.

IMG_5332

Question orale sur l’accession des femmes aux postes à responsabilité / QO de Rosalie Beuret

Monsieur le Président, Madame et Messieurs les Ministres,

Chères et chers collègues,

Un ami fort avisé m’a dernièrement fait remarquer, alors que nous discourions sur l’égalité entre hommes et femmes « Si vous ne dites rien, on ne vous demandera pas de le répéter. »

Ainsi, je le répète à propos de l’égalité entre hommes et femmes dans notre canton, et plus généralement en Suisse. Des dispositions constitutionnelles existent, mais on fait comme si elles n’existaient pas. Pour des raisons incompréhensibles, cela ne peut se faire que doucement, lentement, par étapes successives. Tellement prudemment qu’à ce rythme, la différence salariale sera gommée en 200 ans !

Il faut bien que je le redise, parce qu’à l’évidence, on ne nous demandera pas de le répéter…

En ce 8 mars, « Journée internationale de la femme », ma question a pourtant trait à une autre revendication. Qu’en est-il de la présence des femmes aux plus hautes responsabilités publiques ? Si, avec bonheur, on constate que les femmes ont investi l’institution judiciaire et y disposent désormais d’une représentativité équitable, quelles mesures peuvent être envisagées, qui soient, à compétences égales, à même d’augmenter leur présence à la tête de sections, d’offices et de services cantonaux ?

Nous avons, à bon droit, l’habitude de questionner la Confédération sur les volumes de « commandes publiques » qu’elle passe aux régions linguistiques. Par analogie, il me semble légitime de nous préoccuper de manière aussi répétitive, de l’accession des femmes aux fonctions directoriales de notre administration cantonale.

Je remercie le Gouvernement de son appréciation.

Rosalie Beuret

_________________________________________________________________________________________

Question orale de Mélanie Brulhart sur la mission de la Déléguée à l’égalité

Monsieur le président, Madame et Messieurs les Ministres, Chers collègues,

C’est aujourd’hui la Journée internationale des droits des femmes,

Je remercie toutes les personnes ici qui portent du rose en signe de sensibilité à l’égalité des droits et dans les faits entre femmes et hommes et en solidarité avec les femmes qui souffrent d’injustices.

Nous sommes désormais malheureusement habitués à entendre que les droits des femmes sont bafoués dans un grand nombre de pays : cela commence avant la naissance avec les avortements sélectifs, puis l’accès difficile à la formation, le mariage forcé ou encore la parole d’une femme qui ne vaut pas celle d’un homme, la liste serait longue.

Par contre, dernièrement, et nous n’y sommes heureusement pas habitués, les médias ont relaté des faits nouveaux en occident:

On est en train de remettre en question des droits que l’on croyait acquis.

En Pologne, sans la mobilisation massive du peuple, on serait revenu à l’interdiction totale d’avorter.

La Russie dépénalise les violences domestiques…

Des propos à forte connotation misogynes sont prononcées sans complexe ni tabou par des élus.

Les femmes sont toujours plus nombreuses à dénoncer le harcèlement sur la voie publique dont elles sont l’objet.

Dans ce contexte, notre pays et notre canton, doivent se montrer forts. Il n’est pas concevable que les droits des femmes, acquis de longue lutte soient ainsi remis en question.

L’Etat jurassien et sa Déléguée à l’égalité ont pour but de réaliser l’égalité entre femmes et hommes dans tous les domaines et d’éliminer toute forme de discrimination.

Ce travail passe par le conseil, la formation ou encore la sensibilisation par des campagnes.

Jamais les Bureaux de l’égalité n’ont été aussi importants qu’aujourd’hui. 

Il ne s’agit plus seulement de progression, mais bien de ne pas régresser !

Suite aux restrictions budgétaires et au déclassement du Bureau en délégation, ainsi qu’à l’arrêt de la collaboration avec le canton de Berne pour l’antenne intercantonale de l’égalité, je pose la question suivante au Gouvernement :

« Dans le contexte actuel, est-ce que la mission de la Déléguée à l’égalité entre femmes et hommes peut être réalisée dans des conditions optimales ? » 

Je remercie le Gouvernement pour sa réponse.

Mélanie Brulhart

_________________________________________________________________________________________

Jean Bourquard dépose une motion sur l’électricité photovoltaïque

 

Son texte demande au Gouvernement de revoir sa pratique fiscale pour aider à encourager la production d’énergie verte. Le député propose de s’inspirer de l’exemple valaisan: instaurer un forfait non imposable qui corresponde au minimum à la consommation électrique moyenne d’un ménage. Tous les détails ici: Motion_JB_Forfait non imposable e´lectricite´ photovoltai¨que

 

Autres articles

En octobre 2023, le groupe de travail a envoyé les statuts révisés pour consultation au Comité directeur, aux Sections, aux ...
Lire la suite
Attention, risque de confusion ! Les Jeunes PLR veulent augmenter l’âge de la retraite. S'ils trouvent du travail jusqu'à cet ...
Lire la suite