Crises migratoire: miser davantage sur l’aide au développement

Pierre-Alain Fridez, conseiller national et membre de la délégation suisse au Conseil de l’Europe, vient de déposer une intervention sur les problèmes migratoires. 

Le conflit en Syrie, entré dans sa septième année, nous est diffusé quotidiennement par les médias en raison de son extrême violence, de la grande portée de ses enjeux et de son impact sur l’Europe avec l’arrivée massive de réfugiés fuyant la mort. D’autres conflits ont aussi contribué à aggraver la crise, notamment en Afghanistan, au Burundi, en Iraq, en Lybie, au Niger et au Nigéria, en Centre-Afrique, au Congo, au Sud-Soudan et au Yémen.

En 2015, le nombre de personnes déplacées dans leur pays a été de 8.6 million sur un total de 12.4 millions de déplacés. Ces chiffres montrent que s’il est plus que jamais nécessaire de poursuivre et d’améliorer l’accueil européen donné aux réfugiés et de protéger leurs droits fondamentaux, il est au moins aussi important, à défaut de pouvoir agir de manière significative sur les causes politiques des conflits et afin de contribuer à la prévention de futures crises migratoires, que l’Europe vienne en aide aux pays d’origine pour créer d’autres alternatives que l’exode.

La population mondiale continue à augmenter; celle de l’Afrique devrait doubler et atteindre plus de 2 milliards à l’horizon 2050. Et d’ici 2030 le nombre de jeunes Africains susceptibles d’entrer sur le marché du travail devrait exploser, ce qui sera une autre incitation majeure à la migration à la fois vers des pays voisins et, directement ou par un effet domino, vers l’Europe.

L’aide au développement est un outil majeur pour réparer les méfaits des conflits et atténuer l’impact des changements climatiques. C’est un moyen pour la jeunesse de ces pays de s’assurer un avenir sur place et d’éviter l’exode massif vers l’Europe. L’Assemblée parlementaire devrait examiner les mécanismes de l’aide au développement afin de la promouvoir en tant qu’élément essentiel de la réponse européenne aux crises migratoires et des réfugiés.

Pour plus d’informations sur le Conseil de l’Europe, tous les détails ici

Delémont, le 4 mai 2017 / pch

Autres articles

En octobre 2023, le groupe de travail a envoyé les statuts révisés pour consultation au Comité directeur, aux Sections, aux ...
Lire la suite
Attention, risque de confusion ! Les Jeunes PLR veulent augmenter l’âge de la retraite. S'ils trouvent du travail jusqu'à cet ...
Lire la suite