Des avions de combat : pour quoi faire ?

Le 18 mai, nous serons appelés – une fois de plus – à nous déterminer sur un des mythes fondateurs de la Suisse telle que nous la connaissons. Un réduit surarmé, totalement indifférent à l’évolution géostratégique mondiale comme à celle des pays qui nous entourent. Au total, l’achat de 22 Gripen qui n’existent aujourd’hui que sur papier va – à long terme – coûter près de 10 milliards aux contribuables helvétiques, sans garantie que ces avions ne volent un jour, ni que de présumées compensations alimentent les carnets de commandes de nos industries.

Avant de glisser son bulletin dans l’urne, il convient de donc s’interroger : cet argent ne serait-il pas mieux investi dans la formation, les transports publics ou dans nos assurances sociales ? C’est que, pour se payer ces appareils, il faudra épargner ailleurs. Peu importe quel fonds servira à les acquérir, il n’est pas possible de dépenser le même franc deux fois. Alors que deux cantons sur trois et de nombreuses communes vivent à l’heure de douloureux programmes d’économies, il faudra donc s’attendre à de nouvelles coupes sévères.
Par ailleurs, l’armée de l’air helvétique est déjà très bien équipée en comparaison internationale. Ses 32 F/A-18 – récemment modernisés – suffisent amplement à remplir ses tâches de police aérienne. Acquérir 22 avions supplémentaires représente donc un investissement totalement superflu.

A l’instar de leurs compatriotes, les Jurassiennes et les Jurassiens n’ont pas besoin d’un nouvel avion de combat. Leurs priorités résident dans des salaires décents, des primes-maladies et des logements abordables. Des conditions qui sont loin d’être aujourd’hui réalisées. D’ici-là et malgré les rodomontades, les propos sexistes ou les approximations évasives du ministre de la défense, le PSJ les appelle à faire une véritable pesée d’intérêt et à refuser catégoriquement une dépense aussi inutile que discutable dans le contexte international actuel.

Autres articles

En octobre 2023, le groupe de travail a envoyé les statuts révisés pour consultation au Comité directeur, aux Sections, aux ...
Lire la suite
Attention, risque de confusion ! Les Jeunes PLR veulent augmenter l’âge de la retraite. S'ils trouvent du travail jusqu'à cet ...
Lire la suite