Elisabeth Baume-Schneider à la vice-présidence du PS Suisse

Mattea Meyer, co-présidente du PSS, Elisabeth Baume-Schneider, élue samedi à la vice-présidence et Cédric Wermuth, co-président du PSS – photo prise lors du Congrès numérique du PSS à Genève

Notre Conseillère aux Etats a été élue samedi à la vice-présidence du Parti socialiste suisse lors d’un Congrès virtuel. Elisabeth Baume-Schneider remplace Ada Marra. Vous retrouverez, en bas de page, un compte-rendu signé par Jean-Marie Miserez sur le déroulé de cette élection.

Camarades, la justice sociale, la justice climatique, la justice fiscale ne sont pas des
slogans qu’on dépoussière aux moments des rendez-vous électoraux communaux, cantonaux
ou nationaux ; ce sont autant d’aiguillons, autant de valeurs avec lesquelles on ne badine pas
au Parti socialiste. Et c’est ce qui me plaît
a déclaré, dans son discours, notre camarade.

Retrouvez l’entier de son discours ci-dessous:

Interview à retrouver sur le site d’RFJ:

https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20220206-Elisabeth-Baume-Schneider-vice-presidente-du-PSS.html

Canal Alpha a suivi les débats en compagnie du député de Corban Patrick Cerf:

https://www.canalalpha.ch/play/le-journal/topic/25576/une-vice-presidente-jurassienne-pour-le-ps-suisse

Les délégué.e.s du PS Suisse ont également voté le lancement de deux initiatives. L’une vise à garantir un accueil extrafamilial des enfants abordable et l’autre, lancée avec les Verts, instaure un fonds pour le climat alimenté par la Confédération. Tous les détails sur le site de la RTS:

https://www.rts.ch/info/suisse/12841413-le-ps-veut-lancer-des-initiatives-sur-laccueil-extrafamilial-et-le-climat.html

Le Congrès, comme si vous y étiez…

Notre camarade de Saignelégier, Jean-Marie Miserez, vous propose également un compte-rendu détaillé de ce Congrès:

Samedi 5 février. Je devrais être à Genève. La pandémie en a décidé autrement. Seuls les organes dirigeants du PSS sont au bout du Léman, en studio au Grand-Saconnex. Je suis devant mon écran, comme plus de trois cents camarades. Il est dix heures, et c’est parti pour plus de sept heures d’attention, d’écoute, de votes et de satisfactions, voire de vrai plaisir ! Avec moi, derrière l’écran, nombre de camarades jurassien.ne.s délégué.e.s des sections (quasi toutes sont représentées) et quelques militant.e.s. A l’initiative de Mathilde, un groupe WhatsApp ponctuel recueillera nos remarques et impressions tout au long du Congrès. Une manière très agréable de « lever le nez » de temps en temps !

Des discours de haute facture

Après les traditionnelles procédures de mise en place et l’accueil de la présidente de la section locale, première salve de discours très politiques : Thierry Apothéloz, conseiller d’Etat (GE) mettra en évidence la mise en danger de la cohésion sociale dans le sillage de la pandémie et sa nécessaire reconstruction, dont une large part incombera au PS. Suit le discours de Mattea Meyer, co-présidente du PSS, de retour de son congé maternité. Elle argumentera solidement le travail qu’il y a encore à mener pour que la situation des femmes soit véritablement installée et inscrite dans le contexte politico-social. Elle mettre aussi en exergue la lourde responsabilité que devra assumer la gauche face au changement climatique dont on parle ici et là, mais que l’on traite un peu moins là qu’ici ! Puis, dans la foulée, une brillante intervention de notre représentante au Conseil fédéral, Simonetta Sommaruga, toujours aussi convaincante dans sa volonté politique. Plus tard dans la journée, nous aurons encore le bonheur d’entendre l’autre co-président du PSS, Cédric Wermuth, s’exprimant comme sa collègue dans un français impeccable. Lui aussi marquera cette journée par un discours volontariste, engagé et dynamique. Incontestablement, la Direction du parti a choisi une direction, elle s’y engage et nous invite à l’accompagner et la soutenir. Tant de conviction force l’admiration du vieux militant que je suis et me (re)donne l’envie de donner encore un fort coup de collier !

Des initiatives lancées …

Dans la logique des discours de Mattea et Cédric, la Direction du PSS propose aux délégué.e.s de soutenir le lancement d’une initiative pour les crèches. L’objectif est de favoriser le développement d’une offre aussi harmonisée que possible sur l’ensemble du territoire national à des prix abordables et ce, en corrigeant les disparités cantonales. Evidemment, cette offre s’inscrit dans une perspective de renforcement des politiques de promotion sociale et familiale. Décision sans ambiguïté du Congrès : 265 OUI, 1 NON et 2 ABSTENTION. Début de la collecte des signatures dès le 8 mars !

La seconde initiative que la Direction s’intitule « Fonds pour le climat » et devrait être lancée en commun avec les Vert.e.s, chacun apportant à la démarche son expertise respective dans les domaines de l’argumentaire et de la logistique. Convaincu.e.s de la nécessité de se doter de cet outil « politique et financier », les délégué.e.s ont soutenu sans surprise cette initiative par 242 OUI, 3 NON et 6 abstentions.

… et des prises de position

Le Congrès a soutenu la Loi sur le cinéma – dont l’objectif est d’assurer une part du financement de la production de produits nationaux – à raison de 296 OUI, 1 NON et 5 ABSTENTIONS.

La Loi sur la transplantation qui prévoit un don d’organes « automatique » a été l’objet le plus débattu et a obtenu un large OUI, mais moins enthousiaste que les autres sujets traités : 258 OUI, 41 NON et 20 abstentions.

Quant au « Référendum FRONTEX » visant durcir la politique d’immigration par la participation financière de l’Etat à une démarche européenne, le Congrès n’en a pas voulu, fidèle aux principes d’ouverture que défend âprement le parti. Un résultat clair mais qui m’a quand même un peu décu : 282 NON, et quand même 22 OUI et 17 abstentions.

Enfin, le Congrès a apporté un soutien quasi sans nuage à l’initiative de l’USS « Pas touche à ma rente : Non au démantèlement de l’AVS ». Autrement dit l’argent de la BNS  pour financer l’AVS. L’argumentation fort convaincante et militante du Président de l’USS – que nous avions eu l’honneur d’accueillir l’automne dernier pour une conférence lors de laquelle il avait abordé le financement du système des retraites – a balayé tous les doutes. Résultat du vote : 294 OUI, 5 NON et 4 abstentions.

Des affaires internes

Le Congrès a terminé la discussion entamée à St-Gall à l’automne sur la réforme des statuts et a adopté en vote final la nouvelle version, qui n’était pas que nouvelle cosmétique : de nouvelles structures, un fonctionnement visant à plus de transparence, de démocratie interne et de participation. Résultat du vote : 266 OUI, 9 NON et 30 abstentions J’ai bien sûr soutenu cette nouvelle mouture ; on verra à l’usage si les promesses seront tenues. Nous y veillerons …

Il a été procédé également à l’élection de neuf membres du nouveau « Conseil de parti », organe nouveau et sur lequel repose une large part de la définition de la politique du parti, cette dernière devant être « in fine » validée par le Congrès. L’élection n’a fait l’objet d’aucune discussion et la score de la « liste » démontre la confiance faite : 262 OUI, 11 NON et 25 abstentions. Je relèverai que les neufs camarades élu.e.s provenaient toutes et tous des régions lémanique et tessinoise. Un poste reste à repourvoir et sera remis au concours. Si un.e Jurassien.ne parfaitement bilingue se sent l’envie de faire vivre de l’intérieur le PSS et donner à la sensibilité romande une certaine visibilité, faites signe au secrétariat du PSJ qui relaiera !

Le budget 2022, équilibré, a passé la rampe sans discussion, tout comme une rallonge au budget pour couvrir les besoins de campagnes en cours. A noter qu’un débat a été engagé au sujet du renoncement à la contribution des juges (comme dans les cantons). Pas vraiment le choix, résultat : 249 acceptent, 44 s’y opposent et 10 s’abstiennent. Notons que nos camarades juges n’ont pas l’interdiction de soutenir la caisse du Parti national et des partis cantonaux.

… et un moment fort pour nous Jurassien.ne.s

Ada Marra, fort appréciée de toutes et tous au niveau suisse, romand et jurassien, ayant décidé de renoncer à son mandat de vice-présidente du PSS, mandat qu’elle partage avec Samuel Bendahan (Cons. nat. / VD), Ronja Jansen (Présidente de la Jeunesse socialiste – JUSO / BS) et Barbara Gysi (Cons. nat. / SG), il s’agissait de procéder à son remplacement, non sans que la co-présidente du PSS lui ait adressé un très chaleureux message de remerciements, se réjouissant de pouvoir continuer leur collaboration au sein du Groupe parlementaire. La nécessité d’une présence féminine et romande n’étant pas contestée, c’est donc naturellement que notre camarade franc-montagnarde Elisabeth Baume-Schneider (Cons. aux Etats / JU) s’est mise à disposition. Sa lettre de motivation (parue sur la page Facebook du PS Franches-Montagnes) et sa présentation à la tribune genevoise ont largement convaincu les délégué.e.s, qui l’ont élue par 189 OUI ; 3 NON et 2 ABSTENTIONS (effectif électoral en baisse, c’était l’un des derniers points à l’ordre du jour, cela faisait près de sept heures que duraient les discussions, et … il faisait soleil dehors !). En tant que Jurassien.ne.s nous pouvons nous exprimer notre fierté de voir l’une des nôtres aux postes de pilotage du PSS et nous savons qu’outre le fait qu’elle soit femme et romande, elle portera aussi la parole des régions périphériques et … rurales ! Ce qui n’est pas un moindre enjeu au sein du PSS, les connaisseurs des structures ne me contrediront pas ! Bravo donc à Elisabeth, et tous nos vœux pour son nouveau mandat et ce beau défi !

Enfin, je vous avoue que peu après ce vote, j’ai personnellement plié bagages. Fatigué et tout à l’envie de mettre le nez dehors !

PS. Il y avait encore à l’ordre du jour trois résolutions qui ont été adoptées par le Congrès, à savoir : « Pour une politique étrangère plus engagée en faveur des droits démocratiques, des droits humains et de la lutte contre la pauvreté », « Petite enfance : des conditions de travail optimales pour assurer un accueil de qualité » et enfin « Sécurité de l’approvisionnement en électricité à long terme – le PS pour un développement rapide des énergies renouvelables et pour des emplois porteurs d’avenir « 

Jean-Marie Miserez, délégué de la section des Franches-Montagnes

Delémont, le 7 février 2022 / pch

Autres articles

Parlement jura Socialiste Politique
Séance du Parlement relativement tendue mercredi dans le contexte morose imposé par la situation financière difficile. Lors des questions orales, ...
Lire la suite
La Poste veut fermer 170 offices de poste sur 760. Cette décision portera préjudice à notre région et à notre ...
Lire la suite