Augmentation des allocations familiales, Moutier, questions orales… compte-rendu du Parlement

Cette journée de débats a été marquée par les longues discussions au sujet de la modification de la loi d’impôt (en lien avec la loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS (RFFA)). Une augmentation de 10% des allocations familiales a été avalisée par le Parlement grâce aux député-e-s socialistes.

Nicolas Maître et Jean-Daniel Ecoeur, porteurs du dossier pour le groupe parlementaire socialiste en commission de l’économie, se sont exprimés au sujet des différentes modifications de loi relatives à cette réforme fiscale. Vous pouvez lire leurs interventions au sujet des modifications de la loi d’impôt, de la loi d’action sociale et de la loi sur les allocations familiales en cliquant sur chacune ci-dessous:

Le président du groupe parlementaire socialiste Loïc Dobler est également monté à la tribune rappelant que beaucoup de temps avait été consacré à cet important dossier et que dès la mise en consultation du projet le PSJ avait clairement annoncé la couleur par rapport aux allocations familiales. Cette modification de loi sur les allocations familiales a finalement été accepté par 53 voix contre 6.

Le communiqué de presse à lire ci-dessous:

https://www.psju.ch/2019/09/une-augmentation-des-allocations-familiales-voulue-et-obtenue-par-le-parti-socialiste-jurassien/

La récente décision du Tribunal cantonal administratif bernois au sujet de Moutier a ouvert les feux de la séance

Le Président du Parlement est monté à la tribune pour apporter le soutien du Parlement à nos « sœurs et frères prévôtois ». M. Pascal Eschmann, observateur de Moutier au parlement jurassien a ensuite été invité à s’exprimer. Il s’est notamment offusqué des « prudes protestations de vierges effarouchées qui sonnent faux ». Et a relevé qu’«un tiers de la population de Moutier, prend en otage les deux autres tiers ». « C’est tout le peuple jurassien qui est bafoué au travers de ces différentes prises de position ». Il a ensuite invité le Gouvernement jurassien à demander à la Confédération de prendre ses responsabilités. « Nous ne lâcherons rien, il est grand temps que les autorités fédérales le comprennent, Vive le Jura ! » a-t-il conclu. La Rauracienne a clos cette partie introductive.

A l’heure des questions orales :

Pierre-André Comte est revenu sur la décision rendue par le Tribunal administratif bernois au sujet de Moutier, « dernier acte d’une campagne sciemment orchestré pour abattre le choix des Prévôtois ».

Il demande au Gouvernement s’il entend interpeller la Confédération sur ses manquements et les responsabilités qu’elle a refusé de prendre précisément sous le prétexte hypocrite de la « séparation des pouvoirs » et qui, ce faisant, s’est montrée objectivement complice de l’Etat bernois.

Nicolas Maître a appris dans la presse que l’exploitant de la centrale de Moulin Grillon à St-Ursanne pourrait cesser de turbiner. Etant donné que cette autorisation est liée à des droits immémoriaux, il se demande si un arrêt d’activité ne devrait pas s’accompagner de la fin de l’application de ces privilèges ancestraux ce qui permettrait d’être en adéquation avec les autres concessions délivrées pour le prélèvement d’eau.

Au chapitre des interventions traitées ce jour, la motion « Pour une protection du patrimoine en adéquation avec les enjeux liés au mitage du territoire et au réchauffement climatique » de la députée Murielle Macchi Berdat a été acceptée sous forme de postulat.

Retrouvez une synthèse de son argumentation ici:

Interventions déposées ce jour :

Une question écrite du député Pierre-André Comte intitulée « Géothermie profonde : quelle crédibilité pour une analyse qui autoriserait le projet de géothermie profonde en Haute-Sorne ? » 

Delémont, le 4 septembre 2019 / Kle + Pch

Autres articles

Parlement jura Socialiste Politique
Séance du Parlement relativement tendue mercredi dans le contexte morose imposé par la situation financière difficile. Lors des questions orales, ...
Lire la suite
La Poste veut fermer 170 offices de poste sur 760. Cette décision portera préjudice à notre région et à notre ...
Lire la suite