Conseiller-ère-s de ville

Conseiller-ère-s de Ville

​​

Ali Iskander

Iskander Ali

 
Francis Charmillot

Francis Charmillot

Besim Hoxha 1

Besim Hoxha

Se¦übastien Lapaire

Sébastien Lapaire

Rebecca Lena

Rebecca Lena

Christel Lovis

Christel Lovis

Murielle Macchi-Berdat

Murielle Macchi-Berdat

Gre¦ügoire Monin (2)

Grégoire Monin

Alphonse Poupon

Alphonse Poupon

Marc Ribeaud

Marc Ribeaud

Jude Schindelholz

Jude Schindelholz

Mehmet Suvat

Mehmet Suvat

 

Conseiller-ère-s de Ville suppléant-e-s

Thierry Kamber

Thierry Kamber

Laurent Michel

Laurent Michel

Mansouratou Sokpolie

Mansouratou Sokpolie

 

Comité PSD

Le comité est composé de 12 personnes ; Pierre Brülhart, Jean-Yves Gentil, Francis Girardin, Rebecca Lena, Christel Lovis, Murielle Macchi-Berdat (présidente), Carole Pouchon (caissière), Marie-Anne Rebetez, Jude Schindelholz, Mehmet Suvat, Michel Thentz et Diego Tomaselli.

 

Site internet PSJ Comité PSD 2014-2015

Pétition pour le maintien de la ligne Moutier-Soleure

« PAS TOUCHE A LA LIGNE MOUTIER-SOLEURE»

 La Confédération envisage sérieusement d’abandonner l’exploitation de cette ligne. Cette perspective provoque beaucoup d’inquiétude et de la résistance au sein de la population. Cette pétition est le moyen de fédérer les oppositions afin d’être entendu par le Conseil fédéral. La ligne Moutier-Soleure ne doit pas mourir. Elle est une artère reliant de nombreuses communes de la région et un élément important du réseau ferroviaire suisse. Elle est utilisée par de nombreux travailleurs, étudiants et écoliers. Elle est indispensable pour le développement d’un tourisme doux dans le Parc naturel régional de Thal et dans toute cette partie des montagnes jurassiennes.

La pétition a été lancée à l’occasion de la Journée de la mobilité à Soleure le samedi 13 septembre. Elle sera ensuite mise en ligne sur les sites Internet des sections concernées de l’ATE.

 Le Conseil fédéral craint que les coûts de l’assainissement du tunnel du Weissenstein soient trop élevés et considère alors la possibilité d’abandonner la ligne Moutier-Soleure. Ainsi, l’artère reliant les communes de la région soleuroise du Thal et celle du Grand Val, entre Moutier et Crémines serait supprimée. La liaison entre Moutier et Soleure est une branche importante du réseau des chemin de fer suisses au niveau régional. Elle fait partie d’un réseau où chaque élément à son importance, en cas de panne sur un autre axe, ou une augmentation de trafic, dans le futur, en direction de la France par la ligne Delle-Belfort. De plus, elle relie trois régions, garantissant à Moutier et à la région soleuroise du Thal un accès au plateau suisse. En supprimant cette ligne on crée un trou béant dans la chaîne du transport des voyageurs. Ce n’est qu’avec un réseau dense et complet qu’il est possible de répondre à la demande aussi bien des pendulaires que des touristes.

 Une ligne de chemin de fer et écologique et économique, elle épargne aux voyageurs des détours absurdes

 La ligne Moutier-Soleure est indispensable à de nombreux travailleurs pour des déplacement sûrs et efficaces. Elle est une option essentielle pour de nombreux étudiants et écoliers qui fréquentent les différentes écoles de la région (Centre de formation professionnelle Berne francophone de Moutier, Ecole de maturité spécialisée de Moutier, Ecole prévotoise, Ecole cantonale et Ecole pédagogique supérieure de Soleure, etc.) Enfin, le chemin de fer décharge la route d’un trafic routier en augmentation constante.

 Un tourisme doux est possible grâce au chemin de fer

 La ligne Moutier-Soleure est connue et populaire en dehors de la région. Elle permet la pratique d’un tourisme doux dans le Parc naturel régional de Thal et dans toute la région permettant aussi un accès écologique au nouveau télécabine du Weissenstein.

La ligne Moutier-Soleure ne doit pas mourir ! Nous avons besoin de cette ligne aujourd’hui et demain. Différentes organisations et partis apportent leur soutien à cette pétition.

Pétition en ligne
Feuilles de signatures

Votation communale du 28 septembre 2014

Parti socialiste delémontain

Lundi 15 septembre 2014 – communiqué de presse :

OUI AU PARKING ET AU MULTIPLEXE

Réuni en assemblée vendredi soir, le Parti socialiste de Delémont a pris position sur le réaménagement et l’extension du parking sur la parcelle n° 5189.

Après un débat nourri et réfléchi, l’assemblée s’est prononcée en faveur de la création du parking de la Croisée des Loisirs à une majorité de 2/3 avec pour arguments principaux, le maintien de la zone en mains publiques, la nécessité de développer l’offre cinématographique de Delémont ainsi que la « zone de confluence » située au sud des voies CFF.

Les projections en nombre, le confort des salles et l’accessibilité aux personnes handicapées sont à mettre à l’actif de ce projet.Toutefois, nous regrettons que les autorités communales n’aient pas exigé du promoteur un parking au rez de chaussée du bâtiment ou en sous-sol afin d’utiliser le sol de manière judicieuse et mesurée.

Le PSD considère que le projet est très ambitieux et s’inquiète des répercussions potentielles sur le Cinéma La Grange, d’où l’importance de maintenir un soutien à La Lanterne magique et à l’Open Air, club de cinéma des 6-12 ans et manifestation appréciés des Delémontaines et Delémontains.

Le PSD accepte malgré tout le réaménagement et l’extension du parking La Croisée afin de contribuer au développement culturel de la Ville par la construction d’un multiplexe mais veillera également que l’accès piétons et la desserte en transports publics soient développés de manière significative dans ce secteur.

Parti socialiste delémontain
par sa présidente, Murielle Macchi-Berdat

Votations du 28 septembre 2014

Parti socialiste jurassien

Lundi 15 septembre 2014 – communiqué de presse :                                                                  

Votations du 28 septembre : deux OUI et un NON pour le PSJ

A l’origine de l’initiative cantonale « Pour une caisse maladie unique et sociale » déposée en 2010 munie de plus de 5’500 signatures, puis validée par le Parlement jurassien, le PSJ recommande évidemment d’accepter l’initiative « Pour une caisse maladie publique ». Il appelle les Jurassiennes et Jurassiens à confirmer leur volonté de changer un système opaque et ingérable qui a manifestement échoué. S’il soutient tout aussi fermement l’octroi du droit d’éligibilité aux étrangers dans les conseils communaux, il s’oppose – en revanche – à l’initiative « Stop à la TVA discriminatoire pour la restauration ».

Aujourd’hui, plus de 60 assurances maladie privées s’affrontent dans une pseudo-concurrence aussi chère que bureaucratique. L’interdiction de choisir, respectivement de refuser des assuré-e-s est systématiquement bafouée. Afin d’être en mesure d’offrir des primes plus basses, les assureurs mettent tout en œuvre pour transférer les malades chroniques ou les personnes âgées à d’autres caisses que la leur. Cela conduit à des différences abyssales dans les montants des primes, mais aussi une augmentation générale de celles-ci. Avec la disparition de la sélection des risques, la qualité de la prise en charge reviendra au premier plan. Cela pourrait faire baisser le coût des soins dans la mesure où l’assureur aura un intérêt direct à soutenir la prévention et la promotion de la santé. Enfin et à court terme, la hausse des coûts et des primes maladie sera freinée par les économies réalisées dans les domaines de la publicité, du marketing et des frais administratifs. L’AVS et la Suva démontrent par ailleurs que des assurances publiques peuvent fonctionner de manière exemplaire en s’attachant à placer les intérêts de leurs assuré-e-s au centre de leurs préoccupations.

S’agissant de l’initiative de Gastrosuisse réclamant un abaissement de la TVA pour la restauration, le PSJ considère qu’il s’agit d’une fausse bonne idée. Si le texte est accepté, il provoquera un trou de 750 millions dans les caisses de la Confédération. Pour le combler, le Conseil fédéral a déjà annoncé qu’il adaptera à la hausse le taux réduit de TVA appliqué aux denrées alimentaires. Avec – pour effet – un renchérissement des denrées alimentaires, journaux, livres et médicaments qui pénalisera les familles ainsi que les revenus modestes et moyens. Une perspectie inacceptable pour le PSJ.

Sur le plan cantonal et ainsi qu’il l’avait fait lors des deux précédents scrutins consacrés à la question, le PSJ soutient avec détermination l’octroi du droit d’éligibilité aux étrangers dans les conseils communaux. Il juge que le Jura doit demeurer un canton précurseur en matière de droits politiques des étrangers. Il n’y a aucune raison de se priver des services de personnes bien intégrées qui souhaitent s’engager activement dans la communauté où elles vivent, élisent et payent des impôts.

Contacts :
Loïc Dobler, président du Parti socialiste jurassien
079 545 71 52
Jean-Yves Gentil, secrétaire politique du Parti socialiste jurassien
079 572 06 42

Caisse publique

Bonsoir

Trois petites semaines nous séparent encore de la votation sur la caisse publique. Avec cette vidéo, nous entendons démontrer à quel point la pseudo-concurrence ne fonctionne pas, de quelle manière les caisses dilapident l’argent de nos primes et comment nous souhaitons mettre un terme à la chasse aux « bons risques ».

Contrairement au lobby des caisses maladies privées, nous ne disposons pas de millions pour des publicités payantes, mais nous pouvons compter sur l’engagement de nombreux bénévoles. Nous sommes convaincus que nos arguments sont porteurs. Cette votation est très importante pour moi et pour la population suisse, raison pour laquelle j’ai besoin de soutien !

Concrètement :
Partager le video sur Facebook ou bien par courriel.

Je suis convaincu que le moment est bien choisi pour rappeler à nos connaissances que cette votation approche. Le matériel de vote par correspondance sont déjà parvenus aux votant-e-s et il est temps de glisser un OUI dans l’urne.

Meilleures salutations.
Pierre-Yves Maillard

Le Groupe socialiste valide les propositions de la « Table ronde »

Groupe socialiste au Parlement jurassien

Mardi 9 septembre 2014 – communiqué de presse

Le Groupe socialiste valide les propositions de la « Table ronde »

Le Groupe socialiste du Parlement jurassien a pris connaissance, lors de sa dernière séance, des propositions de la « Table ronde » visant à régler durablement la problématique de l’assainissement des finances cantonales. Il salue la densité des travaux tout comme le fait que ceux-ci aient permis de déboucher sur un consensus équilibré. Cette structure inédite initiée par le PS jurassien a ainsi fait la preuve de son utilité. Reste désormais à définir un calendrier et un traitement politique cohérent et à concrétiser des options et décisions certes parfois douloureuses, mais indispensables pour atteindre l’objectif fixé.

Après étude des 141 mesures susceptibles de permettre des économies de l’ordre de 35 millions de francs d’ici 2018, le Groupe socialiste est parvenu à la conclusion que – dans leur globalité – les sacrifices étaient équilibrés. Il se félicite notamment de l’absence d’une diminution générale des salaires ou d’une ponction de solidarité et relève que les personnes dont les postes seront supprimés disposent de la garantie de se voir proposer une nouvelle place de travail. Autres motifs de satisfaction : le maintien du volume des subsides relatifs aux primes d’assurance-maladie et celui des normes en matière d’aide sociale actuellement remises en cause dans de nombreux cantons, le maintien du système actuel des bourses et prêts d’études, les grilles horaires dans l’enseignement ainsi que la suspension – en 2016 – de la baisse fiscale linéaire. Par ailleurs, si la réduction généralisée de 5% des subventions aux institutions ou associations partenaires va certainement générer des difficultés compréhensibles, l’effort requis est, d’une manière générale, comparable aux mesures touchant les services et le personnel de l’Etat. Le Groupe socialiste apprécie également que les communes ne se voient pas transférer de nouvelles charges et ressortent épargnées de l’exercice.

L’ampleur des mesures prévues est impressionnant à première vue, mais la situation l’exige. Tout particulièrement à la lumière des perspectives dans les domaines de la péréquation financière fédérale ou encore de la réforme de l’imposition des entreprises. Pour le Groupe socialiste, La nécessité de conserver une marge de manœuvre suffisante pour continuer à pouvoir investir dans la formation, la culture la santé ou l’approvisionnement énergétique justifie également cette revue de détail. Les propositions de la « Table ronde » sont donc – en l’état – plutôt constructives à l’image des discussions qui les ont précédées. Leur mise en oeuvre mérite d’être débattue dans le cadre du Parlement. A ce propos et pour des raisons de cohérence, d’efficacité et de rapidité, il considère que la constitution d’une Commission spéciale s’impose. Demain, lors de la séance du législatif cantonal, il soutiendra sa création en y privilégiant la participation de membres de la « Table ronde », mais aussi de la Commission de gestion et des finances.

Contacts :

Loïc Dobler, député, président du Parti socialiste jurassien

079 545 71 52

Gilles Froidevaux, président du Groupe socialiste au Parlement jurassien

079 423 23 81

 

« Un Jura aux salaires décents » : c’est possible !

C’est avec une légitime satisfaction que le Parti socialiste jurassien a pris connaissance, ce jeudi,  de la concrétisation, par le Gouvernement jurassien, de son initiative approuvée par plus de 54% des Jurassiennes et Jurassiens en mars de l’année dernière. Il salue les démarches entreprises par le Groupe de travail tout comme les résultats de ses débats aujourd’hui soumis en consultation. S’il se félicite, à l’instar du ministre de l’économie, de la disparition future des salaires indécents dans le Jura, celle-ci révèle cependant, en creux, la reconnaissance d’un réel problème au niveau des salaires pratiqués dans notre canton. C’est à ce dernier que l’initiative socialiste s’est attaquée et la population l’a suivi, à l’époque contre l’avis de l’exécutif et des partis de droite.

3’500 francs brut par mois, ce n’est pas encore le Pérou, mais incontestablement une étape importante dans la revalorisation des salaires dans le Jura, le canton suisse où, avec le Tessin, les salaires pratiqués sont les plus bas. Pour le PS jurassien, à l’origine de cette proposition, le projet en consultation constitue un préalable indispensable afin de renforcer, à moyen terme, l’attractivité de notre région. A l’heure actuelle, bon nombre de Jurassiennes et Jurassiens n’arrivent pas à s’en sortir financièrement quand bien même ils occupent une activité professionnelle à 100%. L’introduction d’un salaire minimal constitue ainsi une solution législative permettant de lutter contre le dumping salarial car si la très grande majorité des entreprises jurassiennes sont socialement responsables, il n’est pas acceptable que d’autres les concurrencent sur la base des conditions de travail des employé-e-s.

A ce titre, le délai de deux ans prévu par l’initiative pour signer des conventions collectives de travail représente un laps de temps suffsant pour mettre un terme aux salaires de misère. Le PSJ soutient le principe du partenariat social. Il est d’avis que le partenariat entre syndicats et organisations patronales doit systématiquement être priorité aux règles fixées par l’État. Mais aujourd’hui, force est de constater que bon nombre d’entreprises font le choix de ne pas jouer le jeu. Or dans cette situation, la législation suisse en matière de droit du travail n’offre pas les garanties nécessaires notamment au niveau des rémunérations. Une entreprise qui ne signe pas de contrat collectif peut ainsi payer ses employés comme bon lui semble même si cela signifie des salaires qui ne permettent pas de vivre. Le projet désormais en consultation représente dès lors un premier pas vers la résolution de ces inégalités dans notre canton. A ce titre, c’est une véritable avancée sociale à laquelle le PSJ est fier d’avoir contribué.

Contacts :

Loïc Dobler, député, président du Parti socialiste jurassien

079 545 71 52

Gilles Froidevaux, président du Groupe socialiste au Parlement jurassien

079 423 23 81

Postulat en faveur de la liaison ferroviaire Bâle – Genève

Le comité Liaison directe prend connaissance avec satisfaction du postulat en faveur de la liaison directe Bâle – Genève via Laufon, Delémont, Moutier et Granges Nord déposée par le Conseiller aux Etats jurassien Claude Hêche. Par son postulat, le Sénateur jurassien demande au Conseil fédéral de démontrer comment ce dernier entend maintenir une offre de qualité sur ce tronçon ferroviaire vital pour la région jurassienne. Le postulat est cosigné par 26 membres du Conseil des Etats dont notamment tous les Conseillères et Conseillers aux Etats des cantons directement concernés (BS / BL / JU / BE / SO / NE / VD / GE).

Depuis l’automne 2011 – mais les premiers signaux étaient bien antérieurs déjà – le Comité Liaison directe, initié par le Conseiller aux Etats Claude Hêche et le Ministre Philippe Receveur, s’est inquiété des menaces qui planent sur le statut de la liaison Bâle – Genève via Delémont. En avril 2013, les CFF ont confirmé que les changements qui interviendront en décembre 2015 dégraderont l’offre de la région jurassienne, en particulier la suppression de la liaison directe entre Bâle et Genève via Delémont. Le risque d’assister à un déclassement progressif de cet axe ferroviaire performant et vital pour la région est dès lors bien réel.

Aussi, le postulat de Claude Hêche demande au Conseil fédéral de publier un rapport démontrant comment il entend maintenir une offre de qualité sur la ligne Bâle – Genève via Laufon, Delémont, Moutier et Granges Nord. Le Comité Liaison directe rappelle que l’attractivité de la région jurassienne repose notamment sur la qualité de ses voies de communication. Il n’est dès lors pas acceptable que l’excellente desserte ferroviaire actuelle en terme d’horaire, de cadence, de correspondance et de matériel roulant doive céder sa place à un service dégradé. Le 9 février 2014, les Jurassiennes et les Jurassiens ont dit OUI au FAIF à 65%, soit un taux plus élevé que la moyenne suisse. Alors que l’offre s’améliore dans l’ensemble du pays, il serait pour le moins incongru qu’elle se dégrade justement dans une des régions qui a le plus massivement approuver le développement du rail.

Postulat 14.3583 – Maintenir la qualité actuelle de l’offre ferroviaire sur la ligne Bâle-Lausanne-Genève via Laufon et Delémont

Renseignements complémentaires:

info@liaisondirecte.ch
www.liaisondirecte.ch