Référendum OVJ

NON au démantèlement du service public !

NON à la privatisation de l’Office des véhicules (OVJ)

L’autonomisation de l’OVJ constitue à n’en pas douter un premier pas vers la privatisation de ses activités. La logique « A l’Etat ce qui coût de l’argent et aux privés ce qui en rapporte » n’est pas acceptable. L’OVJ est un service rentable de l’Etat et doit le rester

NON à la centralisation de l’administration

Bien que la nouvelle loi sur l’Office des véhicules prévoit la négociation d’un mandat de prestations entre l’Etat et l’OVJ, plus rien ne garantirait le maintien des sites de Porrentruy et Saignelégier. Le Parlement jurassien, représentant le peuple, n’aurait ainsi plus son mot à dire quant à une centralisation des activités de l’OVJ.

NON à un cadeau de 1,4 million à l’OVJ

La loi telle que votée par le Parlement jurassien prévoit un cadeau de 1,4 million à l’OVJ. A l’heure où de nombreux projets auront besoin de financement, notamment dans le domaine culturel et social, cet argent ne doit pas faire l’objet d’un cadeau à l’OVJ.

NON à un fonctionnement anti-démocratique

L’Office des véhicules est actuellement sous le contrôle du Parlement jurassien qui peut donc intervenir en cas de nécessité. A l’avenir, le Parlement sera cantonné à devoir se prononcer une fois par année sur un simple rapport.

NON à un tour de passe-passe

Le Gouvernement et le Parlement, obnubilés par une baisse des effectifs qu’ils souhaitent, en arrivent à faire baisser les effectifs par un tour de passe-passe. En effet, les employés de l’OVJ n’apparaîtront plus dans le tableau des effectifs de la fonction publique mais continueront tout de même à être financés par les taxes et émoluments.

NON : le privé ne fait pas toujours mieux que le public

En allant dans le sens d’une privatisation de l’OVJ, le Gouvernement et le Parlement font preuve de faiblesse. Charge à eux de mettre en place une gouvernance qui permet aux différents services de l’Etat un fonctionnement adéquat. Autonomiser un service est assimilable à un manque de courage évident de la part des autorités jurassiennes. Plutôt que de réformer en partenariat avec les syndicats ce qui pourrait être nécessaire de réformer, le Gouvernement fuit ses responsabilités et préfère donner cette responsabilité à des personnes qui ne sont pas élues par les Jurassiennes et Jurassiens.

Feuille de signatures à retourner jusqu’au 15 juillet 2015 au PSJ, rue du Nord 38, 2800 Delémont

1er mai

Fête du 1er mai interjurassien
2015
vendredi 1er mai
Le Noirmont

Justice sociale, pas d’exclusion!

16h30 Rassemblement devant la gare du Noirmont
17h00 Cortège du 1er mai interjurassien
18h15 Intervention politique:

Le Conseiller fédéral

Alain Berset

19h00 Apéro puis repas à la Halle communale
Animation musicale par Vincent Vallat
dès 21h30

Junior Tshaka

en concert
à la Halle communale
Boissons, repas, grillades à prix populaires
Organisation Comité du 1er mai interjurassien:
USJ, USJB, UNIA, SSP, Syndicom, SEV, GaraNto, ASEB Syna, SEJ, PSJB, PSJ, PSA, CS°POP, JSPJ

Visite officielle en Algérie

Visite officielle en Algérie

Pendant cette visite officielle de travail en Algérie, le Président Hêche a été reçu par son homologue le Président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah. Le programme a également permis des rencontres avec le premier ministre, Abdelmalek Sellal, le ministre de la formation et de l’enseignement professionnels, Nouredine Bedoui, le ministre chargé des affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, ainsi que plusieurs autres membres du gouvernement et des députés tant du Conseil de la Nation que de l’Assemblée nationale populaire. Au cours de l’inauguration de l’Ambassade, il a eu l’occasion de s’entretenir avec des nombreuses personnalités de la société algérienne.

Lors de ces entretiens, Claude Hêche a remercié les autorités politiques algériennes pour leur important engagement en matière de la lutte contre le terrorisme. Il a également salué les efforts de l’Algérie en vue d’une résolution négociée et inclusive de la crise libyenne ainsi que son rôle prépondérant dans la conduite de la médiation internationale qui ont permis de parvenir à l’Accord d’Alger dans les négociations intermaliennes.

Le président du Conseil des Etats s’est également prononcé en faveur d’une intensification des relations bilatérales et a exprimé son souhait de voir la présence économique suisse en Algérie se renforcer. Ainsi, Claude Hêche a rappelé à ces interlocuteurs les nombreux domaines de collaboration possible, tel que l’économie, le commerce, l’enseignement supérieur, la recherche scientifique, la formation professionnelle, la culture, l’environnement et a encouragé la reprise des négociations en vue de la conclusion d’un accord de libre-échange entre les pays de l’AELE et l’Algérie qui devrait permettre de vitaliser les relations entre les deux pays.

La question de la formation professionnelle a également occupé une place importante lors des différentes rencontres et entretiens officiels, en particulier lors d’un échange avec le ministre de la formation et de l’enseignement professionnels, Nouredine Bedoui. Ce dernier a fait preuve d’un vif intérêt pour le modèle de formation professionnelle suisse, notamment le système de formation duale et a exprimé le souhait d’intensifier la collaboration dans ce domaine. Claude Hêche a par ailleurs saisi cette opportunité pour informer le ministre de la prochaine édition du Congrès International de la formation professionnelle qui aura lieu du 20 au 22 juin 2016 à Winterthur et l’a encouragé à y participer.

Convaincu que la formation est l’une des clefs de l’avenir des deux pays, le président du Conseil des Etats s’est intéressé de près à l’association CIARA, un centre de formation autonome qui offre à de jeunes diplômés de l’enseignement supérieur la possibilité d’acquérir – en suivant des programmes d’apprentissage – des notions de base en soudure, en électricité, en plomberie et en mécanique, afin de les aider à trouver un premier emploi. Depuis sa création en 1998, 3772 personnes ont fréquenté ce centre et la grande majorité des participants a trouvé un emploi.

Durant son séjour en Algérie, Claude Hêche a également inauguré, en présence du ministre de l’agriculture et du développement rural, Abdelouahab Nouri, la 448ème fabrique du Groupe Nestlé dans le monde. Cette nouvelle ligne de production compte un effectif de 60 employés et permet la mise à disposition de l’expertise et de l’expérience du Groupe Nestlé aux prestataires algériens. De plus, une présentation des activités de maintenance préventive et curative, de nettoyage interne et externe d’automotrices ainsi que de révision effectuées par Eurl Stadler Algérie pour le compte de la Société Nationale des Transports Ferroviaires (SNTF) ainsi qu’une visite d’un site commercial du groupe suisse Valartis, actionnaire de la Société des Centres Commerciaux d’Algérie (SCCA), ont complété le volet économique de cette visite de travail.

Inauguration de l’Ambassade de Suisse

«Si nous inaugurons aujourd’hui une nouvelle Ambassade, c’est que nous croyons au grand potentiel de l’Algérie et de son peuple.» a souligné le Président du Conseil des Etats à l’occasion de la cérémonie d’inauguration à laquelle quelque trois cents personnes ont participé, dont de nombreux représentants officiels, en poursuivant: «Nous voulons intensifier nos échanges politiques, économiques et culturels et nous pouvons compter en cela sur le dynamisme de notre ambassadeur, Muriel Berset Kohen, et de ses collaborateurs.»

Le Président du Conseil des Etats a également félicité les architectes de l’ambassade de Suisse, les Bureaux Bakker et Blanc et Arthys de Lausanne ainsi que le Bureau d’architecte de Mohammed Mehroum à Alger, pour leur travail complémentaire permettant une réalisation contemporaine qui s’inspire d’un type d’architecture traditionnelle arabe et dont la ville d’Alger peut s’enorgueillir.

Le président du Conseil des Etats, Claude Hêche, a relevé la qualité de l’engagement et les résultats obtenus par les représentants des institutions suisses en Algérie. Avant l’Algérie, Claude Hêche s’était rendu en Tunisie où il avait également eu différents entretiens officiels. Lors de ce déplacement, il était accompagné par son conseiller en politique étrangère, Cédric Stucky.

Berne, le 31 mars 2015  Services du Parlement

 

Renseignements
Cédric Stucky, conseiller en politique étrangère, Services du Parlement, 058 322 97 23

 

 

Salaire minimum : un tiens vaut enfin mieux que deux tu l’auras !

Jeudi 19 février 2015

C’est avec satisfaction que le Parti socialiste jurassien a pris connaissance, ce jeudi, de la transmission au Parlement, par le Gouvernement, de son projet de loi faisant suite à l’initiative populaire approuvée par plus de 54% des Jurassiennes et Jurassiens en mars 2013. Il ne peut cependant que remarquer et regretter le temps mis à élaborer un projet dont les grandes lignes étaient pourtant limipides. Il considère toutefois que cela révèle – en creux – la persistance d’un réel problème au niveau des salaires pratiqués dans notre canton. Un problème lancinant que l’initiative socialiste avait justement mis en évidence, contre l’avis de l’exécutif et des partis de droite.

 S’il considère, encore et toujours, que le salaire minimum de nature sociale de 19.25 francs de l’heure proposé par le gouvernement est insuffisant, le PSJ juge que son ancrage dans la loi constitue une étape importante dans la revalorisation des salaires dans le Jura. Pour le PS jurassien, à l’origine de cette proposition, il convient désormais d’aller de l’avant afin de renforcer, à moyen terme, l’attractivité de notre région. A l’heure actuelle, bon nombre de Jurassiennes et Jurassiens n’arrivent pas à s’en sortir finacièrement quand bien même ils occupent une activité professionnelle à 100%. L’introduction d’un salaire minimal constitue ainsi une solution législative permettant avant tout de lutter contre le dumping salarial car, si la très grande majorité des entreprises jurassiennes sont socialement responsables, il n’est pas acceptable que d’autres les concurrencent sur la base des conditions de travail des employé-e-s. Autre bémol important : l’exclusion de la branche de l’agriculture du champ d’application de la loi. Le PSJ estime que cette disposition doit encore être débattue dans le cadre parlementaire.

Le PSJ soutient le principe du partenariat social. Il est d’avis que le dialogue entre syndicats et organisations patronales doit systématiquement prendre priorité sur les règles fixées par l’État. Mais aujourd’hui, force est de constater que bon nombre d’entreprises font le choix de ne pas jouer le jeu. Or, dans cette situation, la législation suisse en matière de droit du travail n’offre pas les garanties nécessaires notamment au niveau des rémunérations. Une entreprise qui ne signe pas de contrat collectif peut ainsi payer ses employés comme bon lui semble même si cela signifie des salaires qui ne permettent pas de vivre décemment. Le projet transmis ce jour au Parlement représente, dès lors, un premier pas vers la résolution de ces inégalités. A ce titre, c’est une véritable avancée sociale à laquelle le PSJ est fier d’avoir contribué.

Contacts :

Loïc Dobler, député, président du Parti socialiste jurassien
078 400 37 49

Référendum contre l’introduction d’un impôt minimal cantonal

Chère camarade,
Cher camarade,

Le Comité directeur a décidé – à l’instar du Groupe parlementaire socialiste qui l’a rejeté en 1ère comme en 2ème lecture – de s’opposer à l’impôt minimal proposé par le Gouvernement, voté par le Parlement jurassien en décembre dernier, dans le cadre du programme OPTI-MA.

En conséquence, nous invitons tous les membres du PSJ à signer et faire signer ce référendum au plus vite. Il serait bon que toutes et tous profitent de leurs prochaines séances, rencontres, assemblées ou toutes autres occasions pour récolter un maximum de signatures (Attention : prévoyez une feuille par commune politique ! …) d’ici au 2 février 2015, au plus tard. Vous trouverez la feuille de signatures en pièce jointe.

Avec mes salutations solidaires,

Loïc Dobler, président du Parti socialiste jurassien

Référendum à télécharger

Election à la Mairie de Delémont

En vue de mettre en oeuvre un processus de désignation respectant les règles habituelles au sein du parti, à savoir l’ouverture à toutes les candidatures, une courte assemblée générale aura lieu le :

mercredi 21 janvier 2015, de 19 h 00 à 21 h 00
au Centre Anatolie (à côté de la serrurerie Linder),
rue Saint-Maurice 18 à Delémont

Par la suite, le ou la candidat-e sera élu-e par vos soins lors de l’assemblée de désignation qui aura lieu le :

vendredi 6 février 2015, à 20h00
au Centre Anatolie à Delémont

Nous comptons sur votre participation à l’assemblée de mercredi prochain.
Salutations solidaires

Murielle Macchi-Berdat
Présidente du PSD

ECOPOP : NON à l’illusion d’une solution !

On ne peut se contenter de poser parfois de bonnes questions, il faut surtout y apporter des réponses crédibles. Notre devoir est de mettre un stop à ces affirmations faciles et réductrices qui donnent l’illusion à chacun de pouvoir régler les problèmes d’un coup de baguette magique.

Au risque de décevoir certains, les baguettes magiques n’existent pas. Il n’y a jamais de solution toute faite et ceux qui proposent des « y’a qu’à » sont au mieux des naïfs, au pire des usurpateurs. ECOPOP soulève des questions d’actualité mais n’y apporte aucune réponse, on désigne juste des bouc-émissaires. Et donner l’illusion d’une solution lorsqu’elle n’est pas réalisable, pas équitable ou contraire au droit est tout aussi grave que d’avouer que l’on a toutes les réponses.

OUI, le bétonnage massif, l’urbanisation croissante, la circulation des personnes et la mixité culturelle questionnent et représentent autant de défis pour notre pays. NON, la recherche de solutions liée au climat, à la mobilité, ou à l’urbanisme n’est pas résumable à des quotas de population. Les étrangers et les migrants ne sont pas la source de tous les maux suisses. Nous sommes tous responsables de notre pays et de la planète où nous vivons.

Illusion d’optique

Limiter la croissance de la population à 0,2% tout en visant la prospérité est donc une illusion d’optique : des méthodes d’un autre temps qui ne peuvent être tolérées. Le propos de l’initiative est dangereux à tous les points de vue. Et le prétexte écologique est insultant pour les véritables défenseurs de l’environnement. Il faut limiter le gaspillage des ressources et non pas les personnes.

Dangereuse, l’acceptation de l’initiative détériorerait les conditions de travail en Suisse en mettant les étrangers sous pression extrême, et par voie de conséquence provoquerait une pression également sur les résidants. Sans migration, notre économie aurait donc d’énormes difficultés à trouver de la main d’œuvre dans certains domaines et le régime de protection sociale ( AVS ) serait mis à mal. Face à la pénurie de main d’œuvre, les migrantes et migrants ne sont donc pas le problème mais bien une partie de la solution.

Contrairement à ce que pensent les initiants, on ne peut pas faire des additions et des soustractions de personnes quand cela nous convient, puiser dans les réserves de main d’œuvre comme on puise dans les réserves de son économat. Les étrangers et les migrants ne sont pas un simple facteur de production, à prendre ou à jeter.

En Suisse plus qu’ailleurs, la vraie richesse du pays est son capital humain. Les hommes et les femmes qui viennent chez nous apportent bien plus que ce qu’on veut bien voir. Que ces personnes consomment de l’énergie ici ou ailleurs ne changent rien à la protection de l’environnement. Ce qu’il faut, c’est une utilisation plus rationnelle des ressources. Mais surtout nous n’avons pas le droit de distinguer le travailleur de l’homme : nous ne pouvons attirer le premier sans accueillir le deuxième.

OUI à une Suisse ouverte qui maîtrise son développement,
NON à une initative qui isole notre pays et freine notre prospérité.

Claude Hêche
Conseiller aux Etats

Actualités

Découverte de la biodiversité des bords de la Sorne

Samedi 8 novembre 2014, le PSD invitait ses membres à découvrir la biodiversité des bords de la Sorne avec le camarade Jean-Pierre Sorg.

Expert en la matière, Jean-Pierre nous a fait prendre conscience de la beauté mais aussi de la fragilité de notre flore locale. Il nous a également donné quelques indices pour reconnaître certains arbres et arbustes bordant la Sorne du Collège aux Abattoirs.
Un grand merci à lui !
IMG_2213 IMG_2214 IMG_2217 IMG_2209 IMG_2212 IMG_2211 IMG_2206 IMG_2208 IMG_2203

Conseil de Ville : interventions

Motions

5.10/14
Pour une attraction touristique locale « d’envergure internationale » ! (Sébastien Lapaire/27.10.2014)

Postulats

4.11/14
Soutenir et promouvoir un service de baby-sitting fiable (Marc Ribeaud/27.10.2014)

4.07/14
Pour un concept harmonieux et cohérent des panneaux publicitaires et annonces de manifestations aux entrées de la Ville (Murielle Macchi-Berdat/29.09.2014)

Consultations

Conception directrice du plan d’aménagement local (PAL)
Conception directrice du plan d’aménagement local : remarques

Prises de position des élu-e-s au Conseil de Ville

Approbation des nouveaux statuts du FRED