Non à un projet absurde!

Non à un projet absurde et au gaspillage de 3 milliards !

Le tunnel routier du Gothard doit faire l’objet d’une réfection, mais n’utilisons pas cette considération comme prétexte à la construction d’un second tube routier au Gothard ! C’est un projet absurde qui torpille la politique de transfert de la route au rail et dont le coût est totalement déraisonnable. De plus, le percement d’un nouveau tunnel constituerait un véritable appel d’air pour les camions. Les conséquences en découlant seront une forte augmentation du nombre de poids lourds sur nos routes causant de graves préjudices à l’environnement alpin et à sa population.

Dans l’espoir de limiter les nuisances des camions de marchandises traversant notre pays, le Peuple suisse a décidé d’investir dans le transfert de la route au rail. 24 milliards ont été engagés pour la construction de nouvelles lignes ferroviaires alpines (NLFA) : le tunnel de base du Gothard (ouverture en 2016), le tunnel de base du Ceneri (ouverture en 2020) et le tunnel de base du Lötschberg (ouvert depuis 2007). La construction d’un second tube routier au Gothard sabote ces investissements, car la branche des transports miserait à l’avenir sur la route plutôt que sur le rail.

Le PSJ dit NON a un projet absurde qui torpille la politique de transfert de la route au rail !

Avec le deuxième tube, le tunnel routier passerait de deux à quatre voies et constituerait un véritable appel d’air pour les millions de camions de marchandise qui transitent chaque jour entre le Nord et le Sud de l’Europe et qui choisiraient l’axe le plus court. Plus de camions génèrent plus de bruit, plus de particules fines et plus de CO2 dans le fragile écosystème alpin avec des conséquences sur l’environnement ainsi que sur la santé des habitants de ces régions. Parallèlement, plus de trafic conduira à plus de bouchons et plus d’accidents !

Le PSJ dit NON a un projet absurde qui augmente le trafic des camions de marchandises causant de graves préjudices sur l’environnement, la santé et la sécurité !

Un Non au deuxième tube ouvre de plus la voie à une réfection raisonnable par laquelle le tunnel du Gothard deviendrait plus grand, plus lumineux et encore plus sûr qu’aujourd’hui !

Pour toutes ces raisons le PSJ dit NON à un projet absurde qui constituerait un gaspillage de 3 milliards !

Rosalie Beuret

Delémont, le 21 janvier 2016, Conférence de presse du Comité jurassien contre le 2e tunnel routier au Gothard

 

 

Hocine Aït Ahmed, un ami des socialistes et du Jura

Dernier survivant des neuf « fils de la Toussaint » (ceux qui avaient déclenché la guerre pour l’indépendance de l’Algérie, le 1er novembre 1954), Hocine Aït Ahmed est donc décédé fin décembre au CHUV à Lausanne, à l’âge de 89 ans. Avec lui disparaît l’une des plus grandes figures historiques, politiques et surtout démocratiques de l’Algérie. Car durant toute sa vie, Hocine Aït Ahmed aura combattu tour à tour la colonisation française, l’autoritarisme du régime en place et l’intégrisme islamiste.

Hocine Aït Ahmed a été durant plusieurs décennies le leader du Front des forces socialistes (FFS), seul parti algérien véritablement indépendant. Le FFS étant membre de l’Internationale socialiste, Hocine Aït Ahmed entretenait des liens étroits et réguliers avec les socialistes européens et suisses. C’était aussi un ami du Jura, où il était venu à plusieurs reprises durant son long exil lausannois. Le 22 août 2003, il avait en particulier participé à un congrès du Parti socialiste jurassien (PSJ), à Saignelégier, où il avait tenu un admirable discours sur le socialisme et la nécessaire émancipation des peuples du tiers monde.

Hocine Aït Ahmed était très intéressé par le Jura du fait qu’il voyait certaines homologies structurales entre la lutte pour l’autonomie jurassienne et la situation de la minorité berbère de Kabylie – à laquelle il appartenait -, elle aussi opprimée durant une très longue période, avant comme après l’indépendance de l’Algérie.

Jean-Claude Rennwald, ancien conseiller national PS, le 27 décembre 2015

 

Nathalie Barthoulot à la tête du Département de l’intérieur

18 décembre 2015: le Gouvernement jurassien version 2016-2020 a réparti les départements entre ses membres vendredi matin lors de sa séance constitutive.

Le nouveau Gouvernement

Photo: le nouveau Gouvernement lors de sa séance vendredi matin (source: www.jura.ch)

Les départements et leur titulaire sont les suivants:

  • Département de l’intérieur: Nathalie Barthoulot

Ce nouveau département comprend:

a) la police cantonale ;
b) le Service de la population ;
c) le Service de l’action sociale ;
d) l’Office des assurances sociales ;
e) l’Autorité de protection de l’enfant et de l’adulte ;
f) le Service des ressources humaines ;
g) le Service du registre foncier et du registre du commerce.

Les autres départements sont répartis comme suit:

  • Département de l’économie et de la santé: Jacques Gerber
  • Département de l’environnement: David Eray
  • Département des finances: Charles Juillard
  • Département de la formation et de la culture: Martial Courtet

Source: www.jura.ch

 

Claude Hêche: “une année exceptionnelle”

Les Jurassiens gagnants !

Rapprocher le Jura de Berne, promouvoir le canton et mettre en avant la jeunesse et le plurilinguisme : les objectifs de la présidence jurassienne au Conseil des Etats sont atteints. Au terme d’une année 2015 riche en évènements et en émotion, Claude Hêche a dressé vendredi lors d’une conférence de presse à Delémont un bilan des activités menées tout au long de l’année, quelques jours après avoir transmis le flambeau à Raphaël Comte.

Un bilan positif qui permettra d’étoffer les possibilités d’action et d’influence du canton du Jura. Plusieurs points forts sont à relever :

  • Le rapprochement de la population jurassienne avec la Berne fédérale et la visite de plus de 700 Jurassiens au Palais fédéral. Parmi eux de nombreuses classes d’enfants et de jeunes ainsi que des groupes associatifs, syndicaux, politiques ou encore des chefs d’entreprises. Près de 50 groupes se sont succédé dans les couloirs du Parlement, prenant place sur les sièges des Conseillers aux Etats. Le Palais fédéral n’avait jamais vu défiler autant de Jurassiens.
  • Une vitrine pour le canton du Jura à travers la venue de nombreuses délégations dans les trois districts. Elles ont pu se rendre dans des entreprises et/ou des lieux culturels et touristiques. Cette carte de visite équivaut à une campagne de communication qui devrait porter ses fruits durant plusieurs années.
  • La promotion de la jeunesse et des échanges linguistiques à travers notamment l’organisation d’un week-end jeunesse qui a réuni une septantaine d’élèves/enseignants de toute la Suisse. Les contacts tissés durant activités sportives et culturelles à Saint-Ursanne et lors du Marché-Concours à Saignelégier sont autant de preuves de la richesse du plurilinguisme helvétique. Des jeunes musiciennes et musiciens – provenant du Jura et des régions voisines – ont également été invités au Festival du Chant du Gros : une belle manière de se profiler et de faire valoir nos atouts et notre dynamisme.
  • L’opportunité de transmettre un message d’ouverture et de solidarité lors de toutes les manifestations officielles, quel que soit le public. C’est une occasion unique de porter haut les couleurs du Jura lors de grandes manifestations traditionnelles.
  • Le développement des relations internationales et leur maintien sur le long terme. Ces visites à l’étranger permettent de donner l’impulsion pour faire aboutir des projets concrets – des milieux privés, publics ou des ONG. Ce sont aussi des moyens d’évaluer les résultats de nos engagements à l’étranger. Ces contacts internationaux participent également à renforcer l’image positive de la Suisse et indirectement celle du Jura.

Pour la prochaine législature, il s’agira de tout mettre en œuvre afin de faire fructifier les relations entretenues durant cette année présidentielle. D’ailleurs, le relais des élus fédéraux pourrait être encore mieux utilisé afin d’intensifier encore les relations avec la Berne fédérale.

Présent au sein de quatre commissions (transports, sécurité, commission de gestion et Union interparlementaire), il faudra continuer à se battre pour promouvoir le Jura sur tous les fronts. Une attention particulière sera portée aux dossiers tels que le renforcement du fédéralisme et du service public, les transports, l’endettement ou encore l’autisme.

 

Le nouveau Parlement prend forme

Ça bouge à la tête des groupes parlementaires

Parlement jurassien Zoom sur « Parlement jurassien » (touche ESC pour fermer)
Parlement jurassien (photo : archives www.rfj.ch)

Le nouveau Parlement jurassien commence à prendre forme. La séance constitutive du législatif se tiendra le mercredi 16 décembre à 18h en l’Eglise Saint-Marcel de Delémont. Les membres du législatif cantonal prêteront alors officiellement serment. Les partis s’organisent en vue de la prochaine législature avec des changements en perspective, dans les présidences des groupes parlementaires ainsi que dans les commissions.

Le tour des présidences

Du côté du PDC, tout d’abord, la présidence du groupe parlementaire passe de Paul Froidevaux qui ne s’était pas représenté lors des dernières élections à Anne Froidevaux. La vice-présidence sera assurée par Michel Choffat.

À l’UDC, Frédéric Juillerat qui ne pouvait pas se représenter en octobre dernier passe la main et c’est Damien Lachat qui prend la direction du groupe parlementaire. La vice-présidence sera occupée dans un premier temps par Claude Gerber avec un éventuel tournus par la suite.

Au PS, du changement également à la tête du groupe suite au retrait de Gilles Froidevaux de la vie politique. C’est Murielle Macchi-Berdat qui occupera la présidence et Jean-Yves Gentil la vice-présidence.

Du côté du PCSI, c’est David Eray qui assurait la présidence et son élection au Gouvernement pousse le parti à choisir un nouveau visage à la tête du groupe parlementaire. Le PCSI devrait faire son choix mercredi mais la présidente du parti, Géraldine Beuchat, serait sur les rangs, selon nos informations.

Enfin, les élus du PLR et ceux du groupe Verts et CS-POP – sous leur nouvelle appellation – jouent la carte de la continuité avec Alain Lachat qui reste en place pour les premiers et Erica Hennequin pour les seconds. La vice-présidence sera décidée mardi soir pour le PLR et Rémy Meury assumera la fonction pour le CS-POP-Verts.

Des modifications aussi pour les commissions parlementaires

Les commissions parlementaires vont également connaître des changements. Première modification, le nombre de commissions parlementaires qui passe de sept à six suite à la fusion de la commission de la formation avec celle des affaires extérieures, en raison du programme d’économies OPTI-MA. Le CS-POP-Verts – qui avait droit à une présidence mais qui l’avait cédée au PDC lors de la législature qui s’achève – la perd au profit de l’UDC. Le PDC abandonne donc indirectement une présidence pour en garder deux. Quant au PS, il en perd une également pour n’en conserver qu’une seule. Pas de changement pour le PLR et le PCSI qui bénéficieront d’une présidence chacun.

Quant à la composition des commissions qui comptent sept membres – sauf la CGF, la commission de gestion et des finances, qui comprend onze élus – elle change également. Le Parti socialiste passe de deux à un représentant au profit de l’UDC qui pourra compter sur un membre par organe. Les commissions compteront donc 2 PDC, 1 PS, 1 PLR, 1 Verts et CS-POP et 1 UDC. Au niveau de la CGF, le PS perd également un siège avec deux élus, au bénéfice du PLR qui passe d’un à deux représentants. La commission de gestion et des finances se composera donc de 4 PDC, 2 PLR, 2 PS, 1 PCSI, 1 Verts et CS-POP et 1 UDC. / iqu + fco

Source: www.rfj.ch

Un pas en direction des familles

Des mesures concrètes pour la politique familiale

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Le Gouvernement répond à un postulat du député socialiste Raphael Ciocchi. (photo: www.rfj.ch)

Le Gouvernement présente des mesures pour renforcer le soutien aux familles jurassiennes. L’exécutif répond à un postulat datant de 2012 du socialiste Raphaël Ciocchi qui demandait au Gouvernement de définir des priorités et des objectifs clairs à mettre en œuvre pour élaborer une stratégie de politique familiale. L’exécutif a publié un rapport mi-novembre. Il propose quatre objectifs à atteindre : Concilier la vie familiale et la vie professionnelle, promouvoir l’égalité entre les sexes, assurer la sécurité financière des familles et encourager l’égalité des chances entre les enfants. Six mesures doivent être mises en place dans un délai très variable.

Certaines mesures sont déjà partiellement ou complètement réalisées dans le Jura alors que d’autres demanderont vraisemblablement plus de temps.

Une mesure doit être maintenue, voire renforcée mais existe déjà : le soutien à la parentalité ainsi que l’aide à la réinsertion des parents qui ont renoncé à l’exercice d’une activité lucrative et le soutien aux enfants en difficulté. Des associations et la section intégration du Service de l’enseignement propose déjà des prestations dans ces domaines.

Deux autres mesures devraient être mises en œuvre à court terme, en fonction toutefois des disponibilités budgétaires de l’Etat. La première concerne la poursuite du développement de l’accueil extrafamilial des enfants de moins de 12 ans et la seconde la mise en place d’un système de prestations complémentaires pour les familles.

Les trois dernières mesures prendront un peu plus de temps à se concrétiser.

En seconde priorité de mise en place, deux projets nécessitent un travail de mise en œuvre considérable, ainsi que des études d’impact et de faisabilité. Le canton souhaite créer un monitoring de la politique familiale, c’est-à-dire la mise en place d’un outil d’évaluation pour mesurer si les objectifs sont atteints afin d’orienter la politique familiale. Il vise aussi à remplacer totalement ou partiellement les déductions fiscales par une augmentation des allocations familiales.

Une dernière mesure ne s’envisage qu’à long terme. La mise en place de congés parentaux au lieu du congé maternité ou la création d’un congé de paternité. Cette mesure nécessite des adaptations au niveau du droit fédéral.

Le canton conclu son rapport en expliquant que le Jura est plutôt bien situé en matière de prestations liées à la politique familiale. Ces offres sont en général plus nombreuses que ce que la Confédération exige et les montants alloués sont régulièrement supérieurs à la moyenne suisse. /comm+lbr (www.rfj.ch)

Deux socialistes au Gouvernement pour un véritable équilibre

DEUX SOCIALISTES AU GOUVERNEMENT POUR UN VERITABLE EQUILIBRE

Ce dimanche, les électrices et électeurs sont invité-e-s à désigner les cinq membres du Gouvernement qui conduira le Jura pour les cinq prochaines années. Après un coup de semonce au soir du 18 octobre, les socialistes souhaitent la réélection – question de continuité – d’un des deux seuls sortants du l’actuel Gouvernement en la personne de Michel Thentz et l’élection de Nathalie Barthoulot, seule candidate féminine.

Durant la campagne, certains des adversaires de Michel Thentz ont déclaré qu’ils allaient l’attaquer sur son bilan – négatif disaient-ils. Or, il s’est avéré que cet argument n’était qu’un slogan, jamais illustré concrètement ! Des mots, des attaques, de viles critiques. Bien évidemment, on ne peut demander à un ministre, aussi brillant soit-il, de réaliser en une législature la totalité des projets nouveaux ou anciens dont ses Services sont porteurs. Il faut parfois du temps, beaucoup de temps (trop de temps diront certains) pour mettre autour d’une table des partenaires dont les objectifs ne sont pas forcément conciliables au départ, en particulier dans certains domaines sensibles sur lesquels les collègues romands et suisses alémaniques se cassent régulièrement le nez : politique de la santé, politique sociale, fusions de communes, accueil des gens du voyage … En cela, le Département piloté par Michel Thentz est confronté aux mêmes difficultés qu’ailleurs et les solutions ne sortent pas d’un coup de baguette magique. Le travail est intensif, et parfois, à bout touchant, l’un des partenaires renonce. Malgré ces coups de vent contraire, grâce à l’action et l’engagement de Michel Thentz, les places dans les crèches jurassiennes ont doublé (470 en 2010 – 860 fin 2015 : la demande est très importante, eu égard à l’évolution de la société) sans augmentation des tarifs, augmentation du salaire horaire des assistantes parentales, maintien des normes dans le domaine de l’aide sociale, la population a la chance de voir s’installer de nouveaux médecins généralistes (ce n’est pas évident dans des régions périphériques et sans hôpitaux) grâce à la possibilité offerte d’ouverture de cabinets de groupe, l’émergence de la cyber santé – le patient détient son dossier médical, la communication entre médecin, hôpital, pharmacie et soins à domicile s’en trouve facilitée, les traitements mieux coordonnés et les gains en terme de coûts de la santé un peu réduits, l’égalité entre femmes et hommes dans la fonction publique est devenue réalité, … la liste est encore longue.

Ce bilan a d’ailleurs convaincu les militant-e-s socialistes qui lui ont renouvelé avec enthousiasme leur confiance lors d’un Congrès récemment tenu à Saignelégier. Ce bilan a convaincu 8283 électrices et électeurs qui lui ont renouvelé leur confiance au premier tour de l’élection du 18 octobre. Ce bilan a également convaincu de très nombreuses personnalités qui lui apportent un fort soutien par leurs appels dans la presse. Ce bilan a aussi convaincu les Verts, Combat socialiste et le POP qui appellent à la réélection de Michel Thentz.

Avec l’appui de Nathalie Barthoulot, Michel Thentz poursuivra cette politique respectueuse de toutes et tous, en mettant l’accent sur les besoins des plus petits, des moins nantis. La présence de deux socialistes dans un Gouvernement d’ores et déjà marqué « centre-droite » est l’assurance qu’un équilibre pourra être trouvé lorsque les discussions au sein du Gouvernement porteront sur des enjeux de société.

Votez et faites voter Nathalie Barthoulot et Michel Thentz !

Jean-Marie Miserez, ancien président du PSJ, ancien député franc-montagnard